Grand Visionnement 2015 partie Quinze: Channing Tatum: Magic Mike

*Voix de Bond villain*

« Soooooo Misterrrrr Soderbergh, we meet again »

Magic Mike

Rôle:

Mike Lane

wpid-53a013af56967_-_cos-22-channing-tatum-shirtless-mdn.jpg

Ok, disclaimer avant de commencer: j’ai une assez forte allergie à Mathew McConaughey et Alex Pettyfer, donc, ce film commence avec une longueur de retard…

Est-ce que je recommande Magic Mike?

Oui, mais avec un gros avertissement: Ce n’est pas le film que la bande annonce publicise.

Lindsay Ellis l’a décrit comme étant le film a propos du strip-teaseur le plus triste de Miami. C’est à peu près ça, sauf qu’il sont à Tampa, mais on s’obstinera pas sur la géographie, c’est pas l’important. Soderbergh a essayé de subvertir les genre en nous faisant un film sur les hommes objets sexuels. Il a écrit le scénario avec Channing, et le film est très vaguement inspiré du passé de Tatum comme danseur exotique. Ils ont aussi financé le film de leur poche. L’idée de base est très bonne et ça fait changement de voir des hommes front and center dans le titillage d’hormones. Seulement, ce film est tellement remplis des clichés habituels sur les films à propos des travailleur du sexe, il est extrêmement redondant… Il est aussi déprimant sur un temps rare, donc à ne pas voir quand vous êtes down.

Au début, Channing voulait Nicolas Winding Refn pour réaliser ce film. Oh, j’aurais voulu voir le Magic Mike de Refn! Pour ceux qui veulent savoir pourquoi, Refn a réalisé Bronson, le film le plus bizzarement génial que j’ai vu de ma vie. Et il a pas peur de montrer des pénis à l’écran… (mon analyse de Bronson). C’est pas que Soderberg est mauvais, mais quand il subverti des genres, il le fait seulement en surface, un switche de genre, sans analyse ou réflexion sur les clichés qu’il essaie d’inverser. Le résultat semble invariablement paresseu. (mon premier billet sur les films de Soderberg).

Mais bon, on a droit à ceci aussi en regardant ce film:

1

Ok, j’aime pas McConaughey, mais PERSONNE ne Rock le gilet bédaine comme lui…

11 10 9 8 7 5 4 3 2

Ça compense un peu pour les clichés.

Mike Lane (Tatum) travaille comme un malade: chef de chantier de jour, stripper le soir. Il cherche a amasser de l’argent pour réaliser son rêve: partir sa propre compagnie de fabriquation de meubles sur mesure. (Cliché: « je fais ça en attendant de pouvoir faire mieux ». C’est pas une carrière de second choix bordel, c’est correct de penser à sa retraite, mais c’est pas comme ça qu’ils le présentent dans le film.).

Il croise Adam (Pettyfer) sur le chantier  et lui donne un lift quand sa voiture refuse de démarrer. Il le recroise à l’entrée d’un bar dans la soirée et décide de tester ses talents avec la gent féminine. Lorsqu’Adam arrive a aborder une bande de filles et à piquer leur intéret, il l’entraîne au bar où il travaille et convainc son patron Dallas (McConaughey) de lui donner un travail backstage. Quand un des danseurs n’est pas en mesure de faire son numéro, Mike pitche Adam sur la scène et celui-ci se retrouve ainsi à faire partie de la troupe.

Le reste du film est un parallèle entre la montée d’Adam et la descente de Mike. Et tous les clichés y sont. Un peu comme Showgilrs, mais sans le camp magique de Paul Verhoven.

Et le personnage de la soeur d’Adam est TEEEEELEMENT cliché! Hyper pleine de préjugés, coincée au bout et avec un énorme côté bitch, on se demande franchement pourquoi Mike se fend en quatre pour essayer de lui plaire. Et, bien entendu, elle tiens Mike responsable des agissements de son frère. Chérie, ton petit frère était déjà un imbécile bien avant de devenir un danseur nu…

Même chose pour le personnage d’Olivia Munn, qui aurait été vraiment fun, si elle s’était pas révélée comme une menteuse manipulatrice obsédée par le sexe qui traite Mike comme un jouet sexuel. Mais tsé, on sait tous que les bisexuels n’ont que ça en tête et ne peuvent s’empêcher de considérer tous les gens qu’ils voient comme des baises potentielles… (Astheure que j’ai fait mon coming out, je peux me permettre de dire à Soderbergh de se crisser ce cliché très profondément dans le derrière. Connard.)

Mais, ça semble confirmer la conclusion de mon premier billet sur les films de Soderbergh: il a un sérieux problème avec les femmes, il est vraiment incapable de les présenter de façon réaliste ou respectueuse. Nah, ce sont toutes des saloppes! (sauf maman, et Mallory Kane, mais Mallory Kane est un homme avec un vagin, elle compte pas).

Au départ, j’aimais bien ce film, mais quand on le compare au deuxième, il baisse beaucoup dans mon estime. Je respecte ce qu’ils ont essayés de faire avec ce film, mais l’exécution est bâclée et il eu besoin de plus de maturité dans l’écriture.

Mais ça reste un bel essai.

Et ça vaut la peine, ne serais-ce que pour voir la performance de Channing. Le style de dialogue très réaliste de Soderbergh lui va bien et il se donne à fond. Il croit beaucoup en ce film et ça paraît. Et les passes de danses sont le fun, même si elles sont un peu rares et trop brèves.

Mettons 2 étoiles et demi, à voir, mais attendez vous pas a tripper. Le deuxième est un million de fois meilleur. Tous les problèmes que j’ai avec le premier n’existent pas dans le deuxième.

Mais ça, c’est une histoire pour un autre billet…

La semaine prochaine: Opéra spatial, Mila Kunis est la reine des abeilles, Channing est un pitou-soldat, Eddie Redmayne est complètement cinglé et merveilleux et Sean Bean SURVIT.

On regarde Jupiter faire son Ascension!

Advertisements

Une réflexion sur “Grand Visionnement 2015 partie Quinze: Channing Tatum: Magic Mike

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s