La dépression est un monstre qui habite en nous, nous hais intensément et connaît tous nos points faibles

« La dépression est un monstre qui habite en nous, nous hais intensément et connaît tous nos points faibles » Traduit de l’anglais source : Tara Deenihan  @taraatrandom.twitter.com

Sur le certificat de décès de ma mère, c’est inscrit sous cause du décès : insuffisance respiratoire. En effet, ma mère s’est techniquement noyée dans les sécrétions qui ont lentement envahies ses poumons durant les dernières heures de sa vie, le 3 février 2011. Elle était inconsciente, elle ne s’est rendue compte de rien et est partie calmement. Mais, si elle est morte d’une insuffisance respiratoire, c’est le cancer qui l’a tué.

Dans quelques semaines, le coroner va enregistrer le certificat de décès de Robin Williams. Ce sera inscrit qu’il est décédé par asphyxie.

Le 28 janvier dernier, Justin Carmical, connu sur internet sous le nom de JewWario est décédé. Sur le certificat : Blessure mortelle par arme à feu. Et probablement le terme anglais le plus glaçant : Self-inflicted (infligé à soi-même).

Verdict : ils se sont suicidés. Contrairement à ma maman, ces deux hommes qui étaient la personnification même de la gentillesse et du bonheur (l’expression anglaise « happy joy joy » me vient à l’esprit), étaient parfaitement conscients au moment de partir et n’étaient absolument pas calmes ou paisibles.

Le cancer a tué ma mère. La dépression a tué Robin et Justin. Tout comme le cancer, la dépression se fout de votre compte en banque, de votre statut social, des buts que vous avez atteint ou non dans la vie, de votre famille et de vos amis.

J’étais malade à la maison aujourd’hui, (étourdissements et mal de tête, l’état de mon fond de culotte vers 10 heures m’a éclairé sur la cause de ceci, joys of womanhood, my ass…) et comme tous les jours où je suis prise dans un étau de douleur, j’ai passé beaucoup de temps sur internet. Probablement trop.

Ça a commencé hier, mais toute la journée aujourd’hui le barrage de commentaires ignares sur les troubles de santé mentaux, plus particulièrement la dépression, n’as pas lâché. Les commentaires sur Facebook, à la fin des articles sur les sites de nouvelles, les tweets, partout.

Le plus populaire et le plus cave :

Tous ces gens à Hollywood qui font des dépressions et se tuent ou meurent d’overdose, ils se plaignent le ventre plein, ils ont tout ce qu’ils veulent dans la vie, ils sont jamais satisfaits, ils devraient engager un thérapeute et apprendre à apprécier la chance qu’ils ont, il y a des millions de gens qui vendraient leur âme pour être à leur place.

Euh non, juste non.

Je vais commencer par vous donner le bénéfice du doute, mettons qu’ils ont tout ce qu’ils veulent dans la vie. Je vous sors un concept qui va faire péter votre cerveau : Et s’ils se rendaient compte qu’ils étaient toujours malheureux, même avec la toilette en or massif? Si, et je vais devoir payer des royautés à toutes les religions de l’univers pour cette affirmation, L’ARGENT ET LES BIENS MATÉRIELS NE FAISAIENT PAS LE BONHEUR????

Je vous donne deux minutes pour ramasser le café que vous avez craché en lisant cette affirmation.

Mais encore plus pété est le concept qu’être une vedette, c’est fucking pas facile pantoute. Genre, vraiment pas. Pantoute. Un acteur de cinéma hollywoodien commence avec le même rêve d’être une star que des millions d’autres. Ils arrivent à L.A. avec toute la volonté du monde d’y arriver. Ils sont prêts à tout. À N’IMPORTE QUOI. Et la compétition est féroce, ils ne sont qu’un parmi des milliers. Et ne pensez pas que le milieu ignore ce fait et n’en profite pas au max. Plusieurs actrices, et oui, aussi des acteurs, auraient des histoires de casting couch à vous raconter. Ne vous leurrez pas, s’ils ont techniquement consenti à faire des affaires cochonnes pour réussir une audition, ça ne rend pas l’événement moins traumatisant. Et puis, il y a les exigences : Teint toi les cheveux, fais toi refaire les seins, perds 40 lbs, fais toi faire des lèvres pulpeuses, t’es trop gros, trop foncé, trop pâle, trop petit, trop grand, une voix trop grave, des pieds trop croches, des dents trop jaunes, tu entends ces conneries à longueur de jour alors que tu n’as en moyenne qu’entre 16 et 21 ans et tu dois convaincre que tu es le meilleur. Bonjour l’amour propre.

Mais bon, tu décroches des rôles. Des journée de travail de 16 heures, et en rentrant, tu dois apprendre tes lignes pour demain, faire une heure ou deux de conditionnement physique pour garder le 6 pack qui t’as donné le rôle de troisième gars de l’équipe de volleyball dans la scène ou les deux protagonistes marchent sur la plage, raser ou épiler tous les poils de ton corps, blanchir tes dents. Au départ, ça payes pas trop et tu travailles genre 1 semaine par 3 mois. Donc le reste du temps, t’es serveuse dans un resto, mais tu dois être à ton best en tout temps parce qu’une audition est si vite arrivée.

Puis le rêve se réalise, un grand rôle et tu es soudainement l’idole d’une génération! Tout le monde t’aime, les journalistes s’arrachent tous tes commentaires, des blogues entiers sur Tumblr et Pinterest sont remplis à l’os avec ton joli minois. Les journées de travail sont toujours aussi exigeantes, mais maintenant tu as la chance de tomber d’épuisement pour un beau 4h de sommeil dans des draps de coton égyptien à 1 000 $. Et ton chum de gars à des belles tites pilules ou une gentille poudre pour t’aider à tenir le coup. Génial!

Mais bon, les tournages ce n’est pas 365 jours par année, quand c’est fini, tu peux te reposer. Te lever tard et aller prendre un déjeuner sur une terrasse. Avec les paparazzis, les fans qui veulent un autographe, un selfie, une mèche de cheveux, un rein etc. Mais c’est la rançon de la gloire, si tu ne voulais pas être populaire, juste à ne pas devenir acteur.

L’attention et l’adoration des gens, c’est le but ultime de toute personnalité publique non? Ils doivent aimer ça!

Demandez à Mariloup Wolfe combien elle a aimé qu’un ostie de moron décrive dans les détails sur son blogue comment il fantasme de la violer. Demandez à Steven Spielberg combien sa famille a bien vécu dans la richesse le fait qu’un harceleur menaçait de sodomiser leur père devant eux avant de le tuer. Demandez à tous ces acteurs, réalisateurs, scripteurs, auteurs, musiciens qui reçoivent des menaces de viol ou de mort quotidiennement combien ils aiment l’attention du public. Oh la plupart ne sont pas sérieuses, mais il suffit d’une seule qui soit vraie, d’un seul fan déterminé, et vous vous retrouvez enfermés dans votre salle de bain au téléphone avec la police parce qu’un gars avec un gun et une douzaine de roses se promènes dans votre maison. Mais ce n’est pas grave, la maison vaut 25 millions, ça compense non?

Votre agent vous mets la pression pour que vous fassiez le plus de films populaires possible, que vous alliez à toutes les soirées mondaines, tous les galas, que vous fassiez toutes les entrevues. De bon cœur, avec charme et gentillesse, c’est bon pour la carrière, on se botte le cul et on le fait. Votre famille qui ne vous voit jamais vous demande de passer du temps avec elle, de bon cœur, et c’est son droit, on se botte le cul et on le fait. Les fans vous croisent à l’aéroport et veulent vous dire combien ils vous aiment, vous êtes pressés, le vol part dans 20 minutes et vous aimeriez aller dans une toilette qui est plus large que votre derrière avant de monter dans l’avion pour un vol de 8 heures. Mais ces gens apprécient votre travail, ce sont des fans, vous voulez leur faire plaisir, alors vous croisez les jambes, vous sortez votre plus beau sourire et vous vous laissez prendre en photo.

Un verre de vin (ou 6) pour décompresser. Quand ce n’est pas une ligne de coke ou un shoot d’héro.

Il faut être en forme, bien habillé, bien coiffé, souriant, poli et gentil en tout temps. Il faut soit éviter internet complètement ou vivre avec le fait que des gens vont quotidiennement te dire d’aller te pendre parce que ton travail, c’est de la merde. Et ce n’est pas juste les grosses vedettes, vous vous souvenez de JewWario dont j’ai parlé au début? Même avec seulement quelques milliers de fans de jeux vidéo éparpillées dans le monde, on s’attend quand même à pouvoir te dire toutes les niaiseries méchantes et affreuses au nom de la liberté d’expression et parce que « si tu ne voulais pas attirer l’attention, t’avais juste à pas faire des vidéos sur internet ».

On développe une maudite belle image de soi dans ces conditions, et les thérapeutes qui sont payés par les agents ont pour tâche de te rendre fonctionnel. Pas question d’arrêter de travailler pour un an, de t’éloigner du milieu, de te donner du recul, t’as des contrats.

Je vous dis pas ça pour vous faire pleurer, mais hurler sur les toits que les vedettes devraient pas se plaindre d’avoir une vie difficile, c’est rejeter leur droit d’être des êtres humains normaux. On les déifie et on leur refuse toute faiblesse. Et on utilise leur exemple pour minimiser une maladie qui tues des gens par milliers.

Parce que certaines de ces vedettes ont en elle le monstre dont parlait Tara Deenihan. Prenez tous ce que je viens de vous décrire, et ajouter cette voix qui vous hais et veux vous détruire dans la tête de « superstar qui a tout dans la vie ». 24h sur 24, 7 jours sur 7.

Non seulement, l’argent et le succès ne leur a pas donné le bonheur, mais l’ostie de voix hurle toujours aussi fort. Rien au monde n’arrivera à la faire taire. Rien. Pas même un Oscar, la preuve ultime que vous avez réussi à réaliser le rêve hollywoodien, le mythe moderne, l’accession à la légende n’arrive à faire taire ce putain de lutin maléfique qui dit «  tu es une merde ». Et tu la crois, bien sûr que tu la crois, cette voix, c’est toi.

Vivre ça, c’est se retrouver sans aucune issue, aucune. Sauf peut-être la corde.

En rejetant le sérieux de la dépression d’une vedette, on rejette celui de la voisine en disant « c’est la maladie à la mode, tout le monde se dit dépressif pour se rendre intéressant ». Diriez-vous ça à un cancéreux? Un sidatique? Si la dépression de Lindsay Lohan n’est pas sérieuse, qui prendra celle de Maurice Guénette au sérieux?

Des recherches en psychologie ont révélé que l’humour est la soupape des dépressifs. Les gens les plus drôles de votre entourage sont souvent les plus malheureux. En faisant rire les autres, ils valident leur existence, comme ils pensent ne rien valoir, ils font les clowns pour se donner une valeur. Mais le clown, c’est un personnage, un mur pour vous cacher leur vrai visage, parce qu’ils sont convaincus que si vous voyez ce visage, vous allez les rejeter. Le monstre dans leur tête crie qu’ils ne sont bons à rien, donc autant faire rire d’eux exprès, c’est moins pire que de montrer le loser caché en dedans.

La dépression est une maladie mortelle. C’est un débalancement chimique du cerveau, combiné à des réactions défensives conditionnées.

Une

Maladie

MORTELLE.

Elle se fout de votre statut social, de vos réussites, du monde qui vous aime. Elle, elle vous hait. Elle veut votre mort. Et elle sait exactement comment vous y conduire.

Notre monde est malade. Il n’est pas fait pour nous, il est trop exigeant. Certains d’entre nous s’en rendent comptent et apprennent à composer avec cette réalité et à vivre avec leur imperfections et à apprécier ce qu’ils ont.

Beaucoup d’autres achètent l’illusion que nous envoie la société : qu’ils doivent être minces, les cheveux brillants, les dents blanches, les jambes, les fesses, les dessous de bras et les parties génitales sans aucune trace de pilosité. Ils pensent qu’ils doivent avoir le linge à la mode, la grosse auto, l’iPhone dernière génération, la job de rêve, le conjoint hot, les deux enfants, la maison, la piscine et le chien. Et ils doivent faire semblant que c’est simple et facile. S’ils se plaignent que c’est difficile, on leur parle des orphelins africains qui n’ont pas d’eau. Mais oui! Les orphelins d’Afrique sont le remède miracle contre le manque d’amour propre! Plaint toi pas qu’il te manque une jambe, ton voisin en a pas lui. Enweille, avance!

Le bonheur et le malheur sont des concepts personnels. Si vous n’êtes pas capable de comprendre pourquoi quelqu’un de votre entourage est malheureux, parlez-en à votre journal intime, mais pour l’amour du saint christ, taisez-vous en public, ne nourrissez pas le monstre.

Matante Elise out.

Advertisements

2 réflexions sur “La dépression est un monstre qui habite en nous, nous hais intensément et connaît tous nos points faibles

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s