Ah les maudits travailleurs chialeux!

C’est drôle quand même de voir un gars comme Duhaime, qui fait 150 000$ par année pour une job botchée (je l’ai personnellement surpris à deux reprises à commenter des articles qu’il n’avait pas lu et 99% de ce qu’il dit est copié/collé de The Rebel) pendant environ 20h semaine, commenter les salaire et les horaires des employés de la SAQ comme s’ils étaient gras dur.

Je travaille comme agente de secrétariat (je suis une secrétaire, ok? J’aime pas ça qu’on essaie de diminuer ma job en sortant des euphémismes comme adjointe administrative ou agente de secrétariat, être secrétaire, c’est pas honteux, c’est une job importante et névralgique) au gouvernement du Québec. Je suis une fonctionnaire dans le pur sens du terme, avec les avantages qui viennent avec. Je suis « gras dur » si on crois les chroniqueurs qui font 4/5 fois mon salaire annuel.

Parlons-en donc de mon salaire annuel. Ostie qu’on a peur de parler d’argent, hein? Ben voilà : Je fais 27,14$ de l’heure, avec un 35 heures par semaine garanti , 44 507$ par année (ces infos sont publiques sur le site du conseil du Trésor, vous pouvez les vérifier vous-même).

Et j’arrive pas.

J’arrive juste pas à la fin de mon deux semaines entre mes paies.

J’ai pas du tout un train de vie princier, je ne voyage pas, mon loyer est probablement le moins élevé de Chaudière-Appalaches, je mange rarement au resto, (je suis la Reine des bouffes les moins cher possible chez McDonald’s, mon frère Philippe peut en témoigner) mes meubles sont tous usagés sauf un que j’ai acheté après avoir économisé pendant 8 mois et qui était à 70% de solde, mon linge m’a été en majorité donné (merci à ma tante Jocelyne, ma tante Aline et la mère de Fabienne), mes animaux de compagnies m’ont été confiés en adoption sans frais, je n’ai fait aucune dépense de luxe dans les trois dernières années (2 500$ pour ma machine à apnée, c’est pas du luxe, c’est un traitement médical) je gratte partout comme une folle, je comprend pas pourquoi j’ai pas perdu de poids, parce que je saute des repas ou je ne mange pas assez pour être rassasiée régulièrement, (ça doit être le stress, j’imagine), j’ai des pincements au coeur chaque fois que j’ouvre mon compte en banque.

J’arrive pas.

À 44 507$ par année, garanti, j’arrive juste pas.

Alors quand les employés temps partiel de la SAQ disent qu’ils n’arrivent pas à avoir un niveau de vie décent et une situation financière stable, je les crois.

Quand les syndicats et les intervenant en lutte contre la pauvreté disent que le salaire minimum, c’est pas assez pour vivre, je les crois.

C’est ben facile de comparer les salaires des uns et des autres et de dire qu’on doit pas se plaindre parce que d’autre ont moins, mais cet argument néglige un point important: ceux qui ont moins méritent EUX AUSSI d’avoir plus.

T’as beau faire 50$ de l’heure, quand, à la banque, le minimum d’heure que tu peux garantir de faire par semaine c’est 3, ben il vont calculer ta capacité à rembourser comme si tu faisais 150$ par semaine et t’iras pas chier loin avec ça.

Je crois aux revendications de TOUS les travailleurs en grève, public et privé.

Je crois au droit pour TOUS les travailleurs d’avoir des conditions de travail décentes et sécuritaires et d’avoir des conditions financières vivables.

Je crois que tout le monde qui travaille à temps plein mérite AU MOINS 44 507$ par année et 20 jours de vacances et 10 jours de maladies acumulables.

Et je crois qu’après 15 ans, esti, tu mérite un temps plein garanti à ta job, peu importe la job, public ou privé.

Et je suis prête à me battre pour vous aider à les avoir si vous les exigez. Je vais boycotter vos magasins tant que les négociations ne seront pas conclues et je jure devant Dieu ou toute autre force naturelle ayant menée à la création de l’univers que je ne briserai JAMAIS vos lignes de piquetage.

Je vais voter pour des politiciens qui se soucient vraiment des travailleurs, je vais signer et partager les pétitions et appuyer publiquement les projets de réformes des lois du travail pour vous aider à avoir au minimum au moins que moi. Parce que vous le méritez tabarnak.

Et quand à Éric Duhaime, il devrait aller se tapper les madames frustrés qui demandent à parler au gérant parce que le vin que le chroniqueur de Salut Bonjour a recommandé est back order pendant 15 ans à temps partiel et qu’il essaie de vivre sur ce budget avant de chier sur la tête du monde. La méchanceté et la négativité, c’est beaucoup plus facile que l’empathie et la réflexion, c’est pour ça ça que c’est l’apanage des paresseux.

Advertisements

Recommendation de lecture

Lisez ce billet https://vastufinir.ca/2018/03/16/on-a-fait-lepicerie-avec-35-par-semaine/

J’aurais voulu écrire ce billet. J’aurais écrit exactement ça.

Merci Mathieu et Caroline d’avoir compris à quel point l’avis de Stephane-sur-Facebook-qui-va-à-Pounetacana sur comment les pauvres devraient gérer leur argent est crissement insultant.

Je ne suis pas pauvre, je gagne un peu moins de 44 000$ par année. Tous les salaires des fonctionnaires sont publics, vous pouvez trouver mon salaire annuel exact sur le site du Conseil du Trésor.

Je vis au dessus du seuil de la pauvreté et je fais un salaire décent. Mais j’arrive souvent serré à la fin du mois et l’achat de mes pneus d’hiver en novembre m’a forcé à cesser d’acheter mes médicaments depuis les Fêtes parce que j’avais le choix entre 100$ de pilules et 100$ d’épicerie et j’en paie le prix aujourd’hui avec une uveite créée par mon système immunitaire hyperactif qui a pogné les nerfs en l’absence de Purinetol dans mon corps. (oui c’est 100$ par mois APRÈS les assurances, le Purinetol coûte pas loin de 4.50$ la pillule et je dois en prendre 3 par jour. Non, il n’y a pas de version générique arrêtez de poser cette calice de question, je suis pas stupide, je paie pas 100$ par mois et je me prive pas de pilules pour le fun!).

44 000 $ par année c’est un bon salaire.

Mais…

Je fais 120 km par jour pour aller travailler (60 km aller-retour) plus ou moins 600km par semaine. Ce n’est pas un déplacement professionnel, c’est la distance qui sépare mon appartement de ma job, mon kilométrage n’est pas remboursé par mon employeur. 50$ par semaine en moyenne en gaz, changements d’huile aux 6 semaines environ et toutes les dépenses d’entretien viennent plus souvent que la moyenne et une assurance auto plus chère à cause de mon kilométrage moyen élevé.

Je paies moins de 400$ de loyer pour un 5 et demi sur deux étages, donc non, je ne déménagerai pas dans un 4 et demi à 800$ par mois à Québec où j’aurai pas le droit d’avoir mon chat, où je devrai trouver un nouveau médecin de famille, un nouveau garagiste, un nouveau dentiste etc etc etc avec aucune famille proche en cas de besoin, juste pour économiser 200$ de gaz.

J’haïs vivre en ville anyway.

J’habite seule, donc mon 44 000$ par année est le seul revenu qui entre chez nous. Mon ménage est donc équivalent à celui d’un couple au salaire minimum à temps plein 40 heures par semaine. Et mes dépenses sont pas super moins élevées. Par exemple, mon câble et mon chauffage me coûtent pas moins cher parce que je suis la seule utilisatrice.

Je vous dis pas tout ça pour faire pitié, je fais pas pitié du tout. J’adore ma job et j’aime mon milieu de travail et j’adore mon appartement, mon voisinage et ma vie en région. J’assume totalement mes choix et leurs conséquences. Je ne suis pas une martyre ni une pauvresse.

Mais je sais ce que c’est que se sentir coupable d’aller manger au resto pour le départ d’un collègue de travail.

Je sais ce que c’est que de dire qu’on est stressée financièrement et de se faire dire qu’on a juste à plus avoir le câble pour économiser. Ou fermer mes lumières quand je suis dans une autre pièce et baisser le chauffage quand je suis absente.

Se faire dire de trouver du covoiturage Vallée-Jonction/Ancienne-Lorette, comme si du monde qui ont exactement mon horaire de travail et un trajet similaire, ça court les rues.

Ces conseils bien intentionnés sont humiliants. Mais au moins ils sont bien intentionnés.

Ce qui n’est pas le cas des commentaires de M. Lambert et des Stephanes de Facebook de ce monde sur le contenu du panier d’épicerie des gens vivant au salaire minimum. Pour Steph et Frank, si t’es pauvre, c’est parce que t’es trop con et/ou trop paresseux pour être riche.

Être pauvre, ou avoir un revenu peu élevé, ce n’est pas une faille morale qui mérite punition. La pauvreté n’est pas un péché qui doit être expié en public. Si t’as réussi dans la vie ce n’est pas une preuve de ta supériorité personnelle, la réussite dépends d’énormement de facteurs externes (contacts, race, genre, âge, santé, milieu de naissance, milieu d’éducation, et oui, une maudite grosse dose de hasard qui fait de toi la personne qui était au bon endroit au bon moment avec les bonnes personnes pour saisir une opportunité).

Oui il faut faire des efforts pour réussir, mais si vous croyez que c’est la seule qualification nécessaire pour réussir, j’ai une mauvaise nouvelle pour vous : vous n’êtes pas aussi hot que vous pensez l’être et il y a beaucoup de gens qui mériteraient votre gratitude et qui pensent que vous êtes un trou de cul.

Et ils ont raison.

Bon j’arrête là, j’ai un oeil busté parce que je suis trop conne pas assez riche pour être malade.

Matante Elise out.

Pourquoi je CAPOTE sur Black Panther et le film est même pas sorti.

En fait, je capote sur Black Panther depuis qu’ils ont annoncé le film, il y a 4 ans. Et la raison principale est très simple.

PARCE QUE ÇA VA ÊTRE DIFFÉRENT. ET DIFFÉRENT, C’EST UNE BONNE CHOSE.

Mais allons y avec plus de détails.

1. On commence avec l’obvious : Le héros n’est pas un homme blanc dans la trentaine vivant aux USA. Ce n’est même pas un « occidental » dans la définition culturelle du terme. C’est plus rare que tu caca de François 1er (le Pape ET le roi de France). Et, si on en croit les trailers, le gros de l’action se passe dans un pays africain RICHE et PUISSANT. Le Wakanda, ce n’est pas la brousse stéréotype avec des noirs en pagnes qui crèvent de faim et chassent le lion avec des piques. On est FUCKING loin de Vision Mondiale et des shitholes de Drumpf. Pas qu’il faille ignorer la pauvreté d’une grande partie de l’Afrique et les besoins des populations du Tiers-Monde. Mais la tendance à ne focuser que sur ça a créé un stéréotype de « l’Africain Sauvage ayant besoin de la civilisation occidentale » dangereux. On a du mal à accepter que quelqu’un venant d’Afrique peut être éduqué, ou aisé financièrement ou puissant sans être corrompu. Wakanda n’a pas besoin de l’UNICEF. Wakanda n’a pas besoin de la civilisation occidentale pour le sauver. Wakanda est un « strong independant country that don’t need no white dudes ». Wakanda est un pays fictif, une utopie, mais c’est une utopie 100% africaine, et c’est fucking génial et rafraîchissant. Je ne peux pas m’imaginer même une seconde ce que Wakanda peut vouloir dire pour tous les noirs, africains ou autres, qui l’ont vu dans les comics, ou vont le découvrir dans ce film. Un rêve africain à avoir, une utopie africaine sur laquelle fixer un but. Des exemples d’africains puissants de plein droit, sans aucune influence occidentale. Pas une « tribu secrète n’ayant jamais vu la civilisation » une société noire civilisée. Et, oui, le choix de Ryan Cogler, un réalisateur noir, y est pour beaucoup, même si c’était déjà dans les comics.

2. T’Challa n’est pas un gars ordinaire qui «a été choisi pour un destin hors du commun ». Ce n’est pas un « élu qui se découvre ». Ce n’est pas Ant-Man, ou Captain America. Il n’est pas tombé sur son destin par accident, comme Spiderman, Hulk ou Dr Strange. Il est né pour être roi, et pour être Black Panther. C’est une responsabilité à laquelle il se prépare depuis des années. Et contrairement à Thor ou Tony Stark, ça ne lui est pas monté à la tête. Le T’Challa qu’on a vu dans Civil War est préparé à prendre la relève. Il n’était certainement pas pressé de le faire, mais il était aux côtés de son père, à apprendre les rudiments du métier de roi du Wakanda. Il ne montrait aucun signe de recul devant ce destin, et aucune arrogance, au contraire, ses interactions avec Black Widow avant l’attentat qui a tué son père étaient cordiales et chaleureuses.

3. T’Challa est un héros empathique. Il a vécu sa passe vengeresse dans Civil War, mais il en est revenu rapidement, a empêché Zemo de se suicider et l’a remis aux autorités compétentes. Il est pour la justice, pas pour la punition. Il a compris la détresse de celui qui a tué son père, et, s’il ne lui pardonne pas nécessairement, il sympathise avec sa douleur. Il a vaincu Zemo avec de l’empathie, et non de la force. Il est aussi assez ouvert d’esprit et intelligent pour laisser sa pensée et ses opinions évoluer lorsque présentés devant des faits nouveaux. Il est raisonnable et réfléchi. Ses réactions dans Civil War, mises en comparaisons avec celles de Stark et Rogers, sont admirablement matures.

4. Ce n’est pas une « origin story ». T’Challa était clairement déjà Black Panther depuis un bout de temps dans Civil War, et si le film qui sortira dans deux semaines va certainement nous le montrer apprivoisant son rôle de roi et de Black Panther, ce ne sera pas un homme qui « découvre » ses pouvoirs ou qui « devient » un héro. Ça aussi ça va faire changement.
(Note avec peu de rapport : Si je dois encore une fois voir Martha et Thomas Wayne se faire tirer dessus dans une allée derrière un cinéma de Gotham, je vais pitcher une brique dans l’écran. Les films de Batman, c’est cool, mais ça a fait son temps. Y en a marre de se faire raconter la même histoire tout le temps.)

5. Il va y avoir de la femme badass au pouce carré dans ce film!!!!!!!!!!!!!!!!!! Le trailer nous montre la mère et la sœur de T’Challa, deux types de femmes fortes, forte en sagesse avec la maman, forte en neurones avec soeurette. Il y a aussi les Dora Milaje, les gardes du corps du roi, dont on a vu la chef à l’œuvre dans Civil War. Quand elle a dit à Natasha que si elle ne se tassait pas elle « serait tassée » je la croyait sur parole. Sans aucune hésitation, cette femme aurait botté le derrière de Black Widow sans même transpirer. J’ai fucking hâte de la voir à l’œuvre!

6. Le méchant, Killmonger, est extrèmement mystérieux. Mais il a l’air d’être une sorte de fanatique destructeur, et il a l’air aussi intelligent que dangereux. Et je capote sur Michael B. Jordan depuis que j’ai vu Creed et j’ai TELLEMENT hâte de le voir jouer les méchants!

7. L’esthétique, la trame sonore des trailers sont tellement… Différents. On voit que Wakanda va être envahis, on voit que T’Challa va devoir sortir de son royaume, on voit qu’il va se passer plein de trucs, mais je ne peux pas vous décrire l’histoire du film en regardant le trailer comme j’avais pu le faire quand les trailers de Dr Strange ou Guardians of the Galaxy sont sortis. ET C’EST TROP COOL ET J’AI TROP HÂTE DE VOIR LE FILM OMG!!!

8. Et, ok, last but not least, c’est pas impossible que Chadwick Boseman fasse de quoi à mon fond de culotte. Mais je ne parlerai qu’en présence de mon avocat ou tout autre fruit ayant réussi son examen du Barreau.

La dinde « pur souche » 

TVA S’EST FAIT AVOIR!  LA NOUVELLE EST FAUSSE. Pouvez-vous essayer d’être un petit peu moins poisson calvaire! On n’est pas en train de se faire faire envahir! 

C’est 3% de la population. 

3%

Trois. Three. Dri. Tres.

1,2,3.

Pis la majorité ne va jamais à la mosquée. 

Vous avez peur du bonhomme 7 heures. D’un épouvantail.

Les témoins de Jéhovah et les Mormons viennent cogner chez vous pour vous embarquer dans leur église et personne ne capote! J’ai jamais entendu parler d’un musulman essayant de convertir des québécois sur leur perron. 

Mais même quand ils ont rien demandé de déraisonnable, juste deux heures d’arrêt des travaux dans le parking pour qu’ils s’entendent prier (ce que n’importe quel curé aurait demandé dans la même situation) on saute sur la première menterie facile à demonter parce que ça justifie notre peur complètement infantile et stupide. 

Vas-tu falloir qu’il en meure 6 millions comme avec les juifs avant que vous finissez par arrêter de vous faire fourrer de menteries comme une dinde du jour de l’an?

Du bon usage de ses privilèges

Alors, cette semaine, le Washington Post a sorti un compte rendu d’un panel organisé pour le 20e anniversaire de la sortie de Wag the Dog (un des meilleurs films sur l’influence des médias sur la politique, sinon le meilleur) animé par John Oliver. Oliver, homme de controverses gauchistes s’il en est un, a profité de l’occasion pour aborder avec Dustin Hoffman les accusations d’attouchements inappropriés qui ont été faites à son encontre. Et le panel a viré au vinaigre.

Et moi qui adorais déjà John Oliver, je suis à la veille de fonder une religion sur lui.

Ah, non, c’est vrai, John Oliver a déjà son église…

Ok, un peu de contexte sur Oliver avant de s’attarder à pourquoi je suis absolument extatique qu’il ait rendu tout le panel de Wag the Dog mal à l’aise.

John Oliver est britannique, il habite les USA depuis 2006 et a commencé à se faire connaître comme chroniqueur au Daily Show de John Stewart (une émission de nouvelles satirique à la « This hour has 22 minutes » ou « La fin du monde est à 7 heures »). Il a ensuite commencé sa propre émission d’info satirique, l’hebdomadaire « Last week tonight » diffusée à HBO les dimanche soirs. (oh yeah, juste après Game of Thrones, baby!) Bref, c’est un genre de Jean-René Dufort, mais en encore plus nerd.

Last Week Tonight est une émission fucking géniale. John Oliver n’a aucune retenue, son humour absurde et sa tendance à se foutre royalement des figures d’autorités sont absolument jouissifs. C’est un fou du roi dans le sens le plus pur et traditionnel du terme: il ridiculise l’autorité et défend le peuple. Il fait des « stunts » superbes pour se moquer de la logique bizarre des gens au pouvoir et tous ses sujets sont recherchés en profondeur et sur une longue période, ce que la formule hebdomadaire lui permet. Il a, entre autres :

–          Créé légalement sa propre église en août 2015, Our Lady of the Perpetual Exemption (Notre-Dame de l’Exemption Perpetuelle), pour ridiculiser les prédicateurs américains et le « seed preaching », doctrine disant que si vous donnez des graines à Dieu (sous forme de dons à l’église) celui-ci les planteras pour vous et vous récolterez l’abondance. C’est une croyance répandue dans les milieux protestants, surtout ceux qui croient à la prédestination, l’idée selon laquelle le succès est une preuve de l’amour de Dieu. Bref, plus tu es riche, plus tu es aimé par Dieu.
Et dire que Martin Luther s’est éloigné de l’Église Catholique à cause de sa corruption…
L’idée était de démontrer à quel point il est facile de créer légalement une organisation qui serait reconnue comme religieuse par les impôts américains et donc exemptes de taxes. L’église a officiellement fermé ses portes en septembre 2015. À noter que tous les dons amassés par Our Lady ont été redistribués à Médecin sans frontières, mais je ne sais pas s’il a donné aussi les sacs de graines que les gens qui ont pris l’expression « sending seeds » au mot ont envoyés …

–          Offert de payer une amende de 5 000 dollars pour ingérence dans une élection canadienne pour avoir le droit de rire de Stephen Harper, Thomas Mulcair et Justin Trudeau lors de la dernière élection et dire aux canadiens de ne pas voter pour Harper. Avec l’aide d’un Mike Myers déguisé en police montée, parce que Canada, tsé. (Élection Canada n’a pas exigé le paiement de l’amende, puisqu’Oliver n’a pas offert de compensation en échange de votes contre Harper.)

–          Créé sa propre compagnie de collection et racheté, au coût de 60 000$ les droits de collection de dettes médicales de 9 000 personnes (qui s’élevaient à un montant de 15 millions de dollars) et les a toutes pardonnées, ce qui fait qu’il a battu Oprah Winfrey comme animateur de talk show le plus généreux.

–          Voyagé jusqu’en Russie pour aller rencontrer Edward Snowden pour s’assurer qu’il n’était pas le « gars de wikileaks » et se faire expliquer comment la NSA pouvait avoir accès aux photos de pénis sur les téléphones et ordinateurs des citoyens américains. En utilisant les photos de pénis comme exemple, il essayait de faire comprendre à ses téléspectateurs l’étendue de l’ingérence dans la vie privée des gens de l’agence américaine de renseignement. « Do you want the NSA to look at your dick pics? »

–          Créé la mascotte Jeff, le poumon malade et le hashtag, oh pardon, le mot-clic, #JeffWeCan lors d’un segment sur l’industrie du tabac.

–          Rappelé au monde entier que le nom Trump n’existe que depuis 4 générations et que la famille s’appelait à l’origine Drumpf et parti le slogan « make Donald Drumpf again ».

–          Fait royalement chier Bob Murray, un trou de cul de première, qui dirige des mines de charbon avec des conditions de travail risqués et qui, à plusieurs reprises, a cherché à camoufler des accidents de travail. Murray est connu pour avoir l’épiderme sensible et a immédiatement poursuivi HBO et Oliver pour diffamation, ce à quoi ils ont répondu « come at me bro. » L’ACLU a déposé un avis légal très cynique dans la poursuite et si vous lisez l’anglais, je vous recommande de le lire en entier, c’est un pur bijou de bitch poli et légal.

Bref, John Oliver brasse beaucoup de matière fécale, et il le fait avec humour et brio.

Oliver est très ouvertement gauchiste et féministe, sans aller dans le prosélytisme. Donc, bien sûr que les scandales de Weinstein ont eu leur moment sur son show. Mais cette semaine, il a décidé d’emmener ses convictions en dehors du cadre de son émission et d’affronter de face un monstre sacré du cinéma.

La question n’est pas ici de comparer la gravité des actes reprochés à Hoffman avec ceux d’un Harvey Weinstein. Hoffman est accusé d’avoir tripoté des actrices et employées de studio et d’avoir flirté avec des filles de 17 ans alors qu’il était en position d’autorité. Ce qui n’en fait pas un violeur, mais peut le mettre fermement dans la catégorie des mononc-avec-un-c-pour-creepster. Il n’est pas non plus question d’exiler Hoffman d’Hollywood avec goudron et plumes.

La question est plutôt de ne pas pousser sous le tapis des comportement inappropriés sous prétexte qu’ils ont eu lieu il y a longtemps, qu’ils n’étaient techniquement pas illégaux ou qu’ils n’étaient pas violents. La question est de ne plus laisser passer des fausses excuses « je suis désolé si mon comportement a pu vous offenser ». Ce si est très éloquent (c’est une traduction exacte dans le cas d’Hoffman, qui a utilisé « if I offended »). Non, dude, ce que tu as fait n’est pas correct, qu’on soit offensé ou non. Non dude, on ne pense pas que toutes ces femmes ont menti. Il n’est plus question de croire au mythe de la fille méchante qui essaie de se faire du capital de sympathie sur le dos d’une vedette. Pas quand il y a 5 accusatrices ou plus. Come on!

Hoffman a donné des faibles arguments  et les questions offensées classiques et Oliver a répondu du tac au tac. Lorsqu’Hoffman a insinué qu’Oliver croyait les femmes et pas lui, Oliver a répondu « Oui. Je crois la parole de ces femmes plutôt que la vôtre. Pour une raison toute simple, elles n’ont absolument rien à gagner en dénonçant. Vous n’avez rien fait d’illégal, elles ne peuvent pas vous poursuivre, et l’histoire nous indique clairement qu’aucune femme n’a réussi à faire avancer sa carrière en dénonçant, peu importe ce que les prédateurs essaient de faire croire. Au contraire, les exemples de femmes qui ont dénoncé des actes inappropriés et qui ont vu leur carrière s’éteindre automatiquement sont tellement nombreux qu’il serait impossible d’en faire une liste. On ne parle pas d’une seule parole contre la vôtre ici. Je crois les victimes, il faut les croire et il faut déclarer publiquement qu’on les croit. Ça suffit.»

Oliver a aussi mentionné qu’il a hésité avant d’aborder le sujet à ce panel. Est-ce que le moment est approprié? Est-ce qu’il devrait se taire et se contenter de parler du film? Il a décidé que non, il ne devait pas se taire. Il ne voulait pas rester éveillé ce soir-là et se demander à quoi ça sert de rester silencieux, le silence ne sert qu’à faire croire aux mononc et aux agresseurs que leur gestes n’étaient pas graves et qu’ils peuvent continuer à taponner tout le monde sans conséquences. Il a décidé de pratiquer ce qu’il prêche à la télé et sur scène depuis plus d’une décennie.

Encore une fois, il n’est pas question ici de mettre le feu aux effigies de Dustin Hoffman ou de scraper toutes les copies de Rain Man en existence (quoique je n’aie plus aucune envie de revoir Kramer vs Kramer après avoir appris la torture psychologique qu’il a infligé à Meryl Streep sur le plateau de tournage), ou d’exiger de lui qu’il porte un silice et une croix en publique, mais de ne pas laisser passer les fausses excuses et de ne plus agir comme si ça ne nous concernait pas.

Les femmes peuvent passer des années (et ont passé des années) à dire que ce genre de comportement est répandu et inacceptable, mais tant que le public et des gens influents de la trempe d’Oliver ne décideront pas que « le bon moment pour parler de ça » c’est maintenant et c’est pour toujours, rien n’avancera. Oliver a compris le privilège de sa position, il a compris l’utilité de ce privilège pour parler d’égal à égal avec un homme puissant de l’industrie au nom des victimes, et il nous faut plus d’hommes comme lui.

Écrit sous le coup d’une rage sans nom, sur l’heure du dîner à ma job. Regardez pas les fautes, genre. 

Rarement dans toute ma vie, je n’ai été aussi en colère que présentement.

http://www.lapresse.ca/actualites/201711/27/01-5145052-une-manif-pro-armes-au-parc-en-memoire-de-la-tuerie-de-polytechnique.php

Dire que je suis enragée c’est trop faible. Je suis sur le point de virer sur le top ben raide, comme disaient les jeunes dans mon temps.

J’ai jamais pensé que le port d’armes incitait automatiquement à la violence, mais j’ai changé d’avis ce matin. Défendre le port d’arme dans un monument à la mémoire des victimes d’une tuerie, et sortir des bylines de la NRA sur « le seul danger des armes à feux, c’est les gens qui ont des problèmes de santé mentale » au Canada en 2017, ça me donne des envies de meurtres. Je me sens très violente présentement.

Dois-je vous spécifier que le porte-parole qui a sorti le byline en question est propriétaire d’une compagnie de sécurité? Mettons que j’ai des doutes sur la légitimité de ses inquiétudes pour les droits des chasseurs et des tireurs sportifs, je n’irai pas jusqu’à dire que sa marge de profit lui importe plus que les vies perdues, mais mettons que son discours regarde mal en maudit « notre droit de protéger ». Je ne suis pas certaine qu’il parle du droit de protéger… gratis. Mais je peux me tromper. Il peut parler du droit de protéger sa maison à coup de carabine. Parce que c’est nécessaire dans une province où il y a encore beaucoup d’endroits où les gens ne barrent pas les portes quand ils sont à la maison.

Ou peut-être pense-t-il comme les copains américains de la NRA que seul un « bon gars » avec un gun peut arrêter un « mauvais gars » avec un gun. Ce à quoi je répondrai que non, je ne pense pas que quelqu’un sans formation policière ou militaire sur comment gérer une situation de crise qui tire sur une cible en mouvement dans un endroit remplit de gens en panique est une méthode efficace pour réduire le nombre de victimes. DUH!

Et comme je sais pertinemment qu’il y a une grosse partie des membres de sa « coalition » qui ont aussi leur carte de membre de la Meute et d’Atlante, bravo pour votre façon de chier sur les valeurs québécoise en oubliant les événements du passé, les valeurs chrétiennes de compassion d’ouverture et en agissant comme un lobby capitaliste américain. Vraiment, super québécois ça, harceler psychologiquement et émotionnellement des familles en deuil, Alex Jones serait fier de vous. La prochaine étape, ça va être de dire que le drame de la Polytechnique a été monté de toute pièce pour vous enlever vos guns? Vous êtes pathétiques.

Le drame de la Polytechnique est arrivé il y a 28 ans. J’avais 9 ans quand c’est arrivé. Je m’en souviens très bien. Je me souviens aussi de Dawson et de Concordia, et de la mosquée de Québec en janvier dernier. Il est hors de question que je reste les bras croisés et silencieuse alors qu’on essaie de créer une NRA québécoise et qu’on tente de normaliser les morts avec l’excuse que ce sont des « loups solitaires malades mentaux » et que les pauvre tits fusils sont innocents. Si vous considérez qu’une arme à feux n’est pas un objet dangereux, vous n’êtes pas assez responsables pour posséder une arme à feux. C’est exactement comme dire que conduire sur le trottoir n’est pas dangereux, si tu sais te servir adéquatement d’une auto. Fuck you.

Ben oui, je suis toujours une feminazilluminatisjwgauchiste de merde. 

Note: l’utilisation du pronom féminin et la référence aux victimes comme étant des femmes dans ce billet est le fruit de la paresse de l’auteur, qui n’était pas foutue de rajouter des « ou lui » « ou il » « ou hommes » et « ou garcons » ​partout dans son texte. Ce n’est pas du tout une tentative d’effacer ou ignorer le fait que des hommes sont aussi victimes de « la game », comme les événements récents nous l’ont rappelé. 

Je sais, je sais, je néglige ce petit bout d’internet depuis deux ans. Ma facture annuelle pour le renouvellement de propriété de mon nom de domaine le mois dernier m’a soudainement rappelé « hey, j’ai un blogue moi-là! ». Un gros facteur dans ma paresse est l’horrible lenteur de mon ordinosaure portable, qui, au vénérable âge de 6 ans, ne suis pas du tout ma moyenne de 45 mots/minute et ce, même après un bon formattage. Et en plus, les touches numériques en haut du clavier ne fonctionnent plus, et c’est vraiment chrissant de devoir faire alt + 063 chaque fois que tu veux faire un point d’interrogation. J’en achèterais bien un autre, mais, pour l’instant, je vis paycheck to paycheck au moins jusqu’à mars 2018. Donc pas de nouvel ordinateur jusqu’à l’été prochain, minimum (faut aussi que je change de frigo bientôt, celui que j’ai est à l’agonie depuis un bout, mais il tough, il est fait fort!).

Il y aussi le fait que je me sens vraiment moins dépressive qu’avant. L’an dernier, j’ai eu un diagnostic officiel d’apnée du sommeil et j’ai commencé à dormir avec la sexy machine à apnée qui a si tant torturé mon budget 2017. Si le temps d’adaptation a été infernal (j’ai fait des crises d’angoisses à répétition) maintenant, après 10 mois d’utilisation optimale, je vois des changements très apparents dans mon humeur, ma patience, et le contrôle de mon stress et mon angoisse. Bref, groupe, la phase de sommeil profond est importante, qu’on se le dise.

Comme je me sens moins comme un tas de merde pourvu d’une conscience de son existence, j’ai moins le besoin viscéral d’étaler mes intestins intellectuels sur papier.

Mais tsé, je paie pour ce nom de domaine, je devrais l’utiliser au moins un peu.

Alors, on parle de quoi? Trump? Ce résidu de fond de bac à vomi pourri séché depuis 70 ans n’a pas vraiment besoin de PLUS d’attention et anyway, si vous n’êtes pas déjà au courant qu’il est complètement déconnecté de la réalité, c’est probablement parce que vous n’êtes pas beaucoup plus sains d’esprit que lui.

Éric Salvail, Gilbert Rozon, Gilles Parent pis toute la patente?

Bon, ok, mais j’ai pas grand-chose à dire là-dessus que je n’ai pas déjà dit dans le cadre de l’Affaire Ghomeshi et autres billets en relation à la culture du viol, mais puisqu’il faut apparemment répéter ad nauseam, répétons donc.

  • André Arthur et ses copains qui chialent que les femmes dénoncent pour se rendre intéressantes sont des tas de merde;

  • Peu de ces cas vont se rendre en cour;

  • Ceux qui vont s’y rendre vont être attaqués par la défense qui va essayer de les faire passer pour des guidounes (c’est quoi l’équivalent masculin de guidounes? Parce que les victimes de Salvail étaient des deux sexes…) qui ont couru après et qui essaient de se « faire de la pub ou de se venger »;

  • Les jury vont avoir un doute raisonnable, ils vont être acquittés et la population en général va en conclure qu’ils sont blancs comme neige et que toutes les victimes sont des maudit(e)s menteur(euse)s qui cherchent la marde pour le fun de détruire du bon monde.

Je sais que Gomeshi est coupable, même si son avocate a réussi à le faire acquitter. Très peu de gens croient qu’O.J. Simpson est innocent, même la cour civile l’a reconnu responsable de la mort de Nicole et Ron, son acquittement au criminel ne veut pas dire qu’il ne l’a pas fait. Hors de tout doute raisonnable, c’est difficile à prouver et  c’est une distinction qu’il faut peser très lourdement dans les cas d’agressions sexuelles. Comme dans 99% des cas, il n’y a pas de témoins, le doute raisonnable est facile à avoir.

Vous allez me dire « ben voyons donc, matante Elise! Il y a des douzaines d’accusations! Avec autant de victimes, ils ne pourront pas se faire acquitter de toutes les charges! ». Ce à quoi je répondrai que Bill Cosby a reçu des accusations officielles venant de 33 victimes. 33 femmes dont le cas est jugé suffisamment crédible pour aller en cour civile (le délai de prescription est passé pour les accusations au criminel dans la plupart des cas). Ça veut dire qu’il y a plus de victimes, assurément, mais qu’elles n’ont pas voulu ou pu, pour plusieurs raisons, porter des accusations officielles. Pour l’instant, un des procès s’est soldé en arrêt des procédures et les autres languissent dans les lenteurs bureaucratiques que les avocats de Cosby cultivent avec joie pour bien écœurer la partie adverse dans l’espoir d’épuiser ses ressources financières (les frais d’un procès au civil sont assumés par les demandeurs, contrairement au criminel ou le demandeur est toujours le gouvernement, donc au frais de la Couronne) et la faire abandonner.

Bref, ne nous pétons pas les bretelles tout de suite. La seule personne dont la carrière a vraiment été détruite par des accusations d’inconduite sexuelle, c’est Guy Cloutier, et

  1. il a plaidé coupable et

  2. c’était un pédophile, pas un « simple » violeur.

  3. Il a eu la « décence » de ne pas essayer de revenir sur la scène publique. À peu près la seule chose honorable qu’il ait faite dans toute cette histoire. Parce que s’il voulait, il y a définitivement des gens assez sans scrupules pour lui redonner une chance. La seule raison pourquoi il n’est pas de nouveau dans le milieu, c’est parce qu’il n’a pas essayé de revenir. Pas ouvertement, du moins.

Je vous rappelle que Rozon avait aussi plaidé coupable il y a quelques années, mais sa victime n’était pas une enfant, elle n’était pas vraiment connue et il ne l’avait pas pénétrée, donc tsé, c’était pas une Vraie Victime. Il avait fait « amende honorable » et reçu un pardon de la Cour, du public et du milieu.

Faque, ne pétez pas vos bretelles tout de suite, ok.

Mais, franchement, on jase là, êtes-vous VRAIMENT si étonnés que ça? Ça va rester entre nous, vous pourrez continuer à faire semblant de tomber des nues en public en apprenant que des gens du milieu artistique se servent de leur influence pour avoir des « faveurs » sexuelles et qu’ils ont une notion très large de la définition de consentement.

Et ne me sortez pas la bullshit du « on sait ben, les artisss, c’est toutes des crottés », c’est la même chose dans tous les autres milieux. Les sociopathes sont des gens ambitieux et le système favorise l’ascension des gens qui n’ont pas peur de laisser des cadavres dans leur sillage. C’est pour ça que beaucoup de gens en position d’autorité sont des abuseurs. Ce n’est pas que le pouvoir corrompt, ça c’est de la moralisation catholique pour endormir les masses et leur faire croire que c’est bien mieux d’être nés pour un petit pain. La misère des riches, pauvres eux-autres, toujours à combattre la tentation, leur paradis est tellement plus mérité que le vôtre. C’est que le système favorise les gens qui n’ont pas peur de détruire des vies pour atteindre le pouvoir. Et ce, depuis des temps immémoriaux. Déjà dans l’antiquité, si tu voulais régner, il y avait TOUJOURS un bain de sang. L’ambition, dans sa définition passée et présente, rime toujours avec un manque d’égards pour son prochain. Mais cette définition commence à changer (enfin) et on y reviendra plus tard.

Ce phénomène de prédateurs au pouvoir est plus apparent dans le showbizz parce que, franchement, dans notre ère de consommation médiatique constante, le pouvoir que la phrase « si t’es gentille avec moi, je vais faire de toi une star » ou de «  si tu refuses, tu ne travailleras plus jamais dans le milieu, aussi bien aller porter ton cv chez McDo tout de suite » est exactement le même que celui de la promesse du paradis ou de l’enfer à la fin de nos jours avait à une époque pas si lointaine. Oh yeah, matante vous sert le merveilleux cliché du Showbusiness qui a remplacé l’Église, hé que je suis donc originale moi-là! N’empêche qu’il y a une grosse dose de vérité dans ce cliché.

Parlant de cliché, la preuve que je call bullshit à tous ceux qui jouent les étonnés, c’est que le casting couch en est un très répandu dans l’inconscient collectif. Et pas juste à Hollywood. À peu près toutes les séries télés, peu importe le milieu où elles se déroulent, ont une bitch de service qui sert à bien faire paraître l’héroïne (ou l’intérêt romantique du héro) et qui n’a clairement gravi les échelons qu’avec son vagin. Est-ce que des filles comme ça, ça existe dans la vraie vie? Probablement. Mais elles sont vraiment rares. Premièrement, parce que c’est difficile en maudit d’être assez bonne au lit pour couvrir un manque flagrant de compétence et que les hommes sont pas aussi stupides qu’on le croit. Quelles conséquences vont-ils avoir s’ils refusent de tenir leur promesse d’avancement contre des faveurs sexuelles? La fille ne peut pas les actionner pour bris de contrat, tsé. Elle peut essayer de l’accuser de viol, mais vous savez aussi bien que moi que le système est de son bord à lui, c’est sa carrière à elle qui va être foutue. L’étiquette de faiseuse de trouble est mortelle, professionnellement parlant.

Mais justement, ce cliché existe, est répandu et il est extrêmement utile aux prédateurs. « Tu sais comment ça marche, si tu veux mon aide, je vais avoir besoin de la tienne aussi. Ton aide dans mes culottes, tséveuxdire? ».

On sait tous « comment ça marche » c’est pour ça qu’on a tous dit à un moment où à un autre « coudonc, avec qui qu’elle a couché pour avoir cette job/ce contrat/cette promotion/cet album/ce rôle-là? ». Oh oui, moi aussi je l’ai dit, (la présente est mon excuse publique et officielle à Ima, parce que j’ai beau pas aimer sa musique, ostie que j’ai été bitch sur son dos par le passé et avec le recul, je me sens vraiment pas super bien par rapport à certains commentaires que j’ai fait sur elle. Je ne le ferai plus, et si vous m’y reprenez, vous avez ma permission officielle de me rentrer dedans solide. Faut pratiquer ce que l’on prêche.) et je l’ai entendu dans la bouche de pas mal tout le monde que je connais. Ce commentaire oublie toujours que dans ce scénario, il y a deux personnes, et que celle qui a le pouvoir, c’est pas celle qu’on blâme. Même les filles qui ont « joué la game » de plein gré, n’étaient pas en contrôle de la situation. Mais on leur a toujours dit qu’elles étaient celles en tors, comme si le gars qui a reçu la pipe en échange d’un rôle n’avait pas le choix de dire oui quand elle le lui a proposé. Pourtant, quand tu veux bien faire paraître ton héro (ou l’intérêt romantique de l’héroïne) dans ton histoire, quoi de mieux que lui faire rejeter les avances de la fameuse bitch? Accepter de donner une promotion à quelqu’un en échange de faveurs sexuelles, c’est abuser de son autorité. Mais, dans la vraie vie, c’est rare que ce soit considéré comme tel, c’est « la game » et c’est la fille qui est en tors, c’est une traînée qui triche.

Et la « game » est aussi l’excuse pour ignorer ou dégrader les femmes qui atteignent des postes d’influence. Surtout si elles sont jolies. Pour éviter de se faire dire qu’elles sont arrivées où elles sont avec leur cul, souvent elles se masculinisent, évitent le maquillage trop prononcé, s’habillent en tailleurs pantalons neutres, évitent les talons aiguille, s’assurent d’être toujours boutonnées jusqu’au cou, essaient de ne pas trop être familières, ou souriantes. Ce qui fait qu’on les traites de snobs frustrées mal baisées.

Hey, je viens tu de décrire Hillary Clinton moi-là? Ben coudonc, quel drôle de hasard…

Maudit que j’ai hâte au jour où on va arrêter de dire à une fille qu’elle doit se « respecter » en cachant son corps. Ça n’a fucking rien à voir, ok? Au contraire, je peux vous garantir que la raison pour laquelle je cache mon corps, c’est parce que j’en ai honte (je me suis pas rasée, je suis enflée à cause de mes règles, j’ai un bobo, ma teinture n’est pas faite, j’ai des boutons de chaleur etc.), pas parce que c’est un bien précieux que je dois réserver à l’Amour de ma Vie. Mais j’ai été longtemps dans le camp de ceux qui pensaient que le fait que je ne porte pas de mini-jupes faisait de moi une meilleure fille, ou me protégeais. Fuck. That. Bullshit. Des femmes en burqa se font violer, et les plages nudistes n’ont pas un plus haut pourcentage d’agressions sexuelles que le reste de la planète, faque votre critique vestimentaire a été notée sur un ti papier, roulée bien serrée, et délicatement enfoncée profondément dans mon derrière. Vous portez le linge dans lequel vous vous sentez bien les filles,  ok? Si c’est un hoodie zipé jusqu’en haut, des jeans et des bottes de moto, c’est parfait, si c’est un chandail bédaine et des daisy dukes, fine! You fucking do you, girl, and you flaunt whatever you want to flaunt and fuck those who judge you for it!  Comme l’a dit Lauren Ducca (ma nouvelle idole) il est temps de se rentrer dans le cibouleau que les femmes et les filles ont assez de place dans leur vie et leur tête pour la politique et les bottes tigh-high. Ma paresse vestimentaire n’est pas un signe d’intelligence, ok? C’est un signe de paresse vestimentaire. Je m’en câlice, c’est pas mon truc, mais c’est pas une qualité, ça, c’est juste une question de goût. Si j’étais moins paresseuse, je mettrais peut-être du fond de teint, mais j’aime mieux jouer à Pot Farm : Grass Roots en attendant que mes toast finissent de cuire le matin, bon! Si tu trippes à regarder des tutoriaux de maquillage sur YouTube et à passer 1h devant le miroir avec ta pochette de make up, grand bien t’en fasse, pis j’irai peut-être te téter la prochaine fois que je vais avoir des noces.

Pis ça vaut pour les gars aussi, si ça vous tente de  porter un kilt ou de vous maquiller, faites-le pis envoyez chier ceux que ça va insulter. Les trou de cul, c’est eux. Et s’il y en a un qui décide que c’est une raison pour vous attaquer ou abuser de vous, c’est LUI qui est fautif.

J’ai pas de conclusion pour ce billet, le sujet n’est pas clos, loin de là et je vais revenir vous achaler avec mes idées de gaugauche sur une base que j’espère pas trop irrégulière. 

Entre temps, si vous avez des questions realmatanteelise@gmail.com. Do no harm, take no shit. 

Matante Elise out. 

Ouate de phoque

Allée voir Dunkerque avec Philippe et Alicia cet après-midi. 

Revenue chez nous, j’apprends que les Nazis de Virginie: 

Qui font le salut hitlerien,

Qui trimbalent des swastikas et des drapeaux confédéres. 

Qui chantent « Heil Trump » 

Sont descendus dans les rues de Charlottesville pour défendre l’ostie de statue de Robert E. Lee, un des racistes les plus merdique de la jeune histoire de leurs pays. 

Et ils ont foncé en voiture dans les contre-protesteurs.

On parle d’au moins un mort. 

Et le Toddler en Chef condamne vaguement la violence « des deux côtés ».

Et David Duke (Grand Wizard du KKK) Affirme fièrement que c’est « Grâce à l’élection de Trump qu’ils peuvent prendre des actions pour protéger les droits des blancs »

Je…

Je viens de passer deux heures à regarder une reconstitution d’un des moments les plus décourageants de la Deuxième Guerre Mondiale. 

Et je resort en pleine montée nazie juste au sud de chez nous. 

La Deuxième Guerre Mondiale n’a servi strictement à rien. La victoire de l’Union à la fin de la guerre civile non plus.

Si vous pensez qu’on reçois trop de demandes d’asile au Canada présentement, attachez votre tuque, ça ne fait que commencer. 

Et calvaire, ouvrez leur le frontières, parce qu’être autre chose que blanc, hétéro et chrétien va devenir foutrement dangereux aux États-Unis.

Pis si ça vous déplais d’avoir des « tamouls, des tapettes pis des nègres » ici, un: mangez un char de marde et deux:, j’ai une bonne nouvelle pour vous : il y a un beau grand pays juste au sud qui veut être 100% blanc, chrétien et hétéro, le vrai Paradis pour vous! Allez y, ils vont avoir besoin de vous pour sauvegarder  la pureté de la race.

Va falloir que vous appreniez l’anglais toutefois. Ils vont exiger que vous « parliez américain ». 

J’ai deux chambres de libres chez nous s’il y a plus de place au Stade, en passant. #FuckNazis

Parlons zen donc de la radio d’opinion à Québec

Martineau qui s’insurge, que dis-je SE MET EN BEAU FUSIL parce qu’une Commission scolaire de Québec avait interdit à ses chauffeurs d’autobus d’écouter la radio d’opinion de Québec pendant le transport des élèves.

Je ne mettrai pas son billet en lien ici, je ne veux surtout pas lui donner du traffic, il se pense assez important comme ça.

Qu’est-ce qu’il cite comme péchés de la radio de Québec?

  • S’attaquer aux syndicats
  • Parler contre les femmes
  • Être pro CAQ
  • Être anti gouvernemaman
  • Être anti Québec Solidaire
  • De demander une gestion saine des finances
  • D’exiger de la transparence de la part de nos élus.

Bravo Richard, j’aurais jamais cru qu’on pouvait passer autant à côté de la plaque sans tomber en bas d’une falaise, c’est un superbe exploit!

Tsé, tant qu’à prendre le monde pour des caves, ne nous donnons même pas la peine d’être subtil, ils sont trop épais pour comprendre la définition d’hypocrisie.

Venant de la part du gars qui sort sa boîte à savon à chaque attentat islamiste pour hurler que les musulmans ne dénoncent pas leurs extrémistes, c’est un bijoux d’aveuglement à la poutre dans son œil…

On sait tous que quand la Commission scolaire a envoyé son mémo, ce n’est pas à cause des positions anti-syndicalistes des radios de Québec. Je suis pas mal certaine que les CS n’aiment pas la CAQ, mais pas au point d’interdire de mettre les enfants en contact avec leur représentants.

Le problème, c’est que la radio de Québec est raciste et misogyne. Non, je ne mettrai pas de nuance, calvaire, c’est un ostie de fait, et vous le savez.

Mais la question que personne ne pose, c’est pourquoi? Pourquoi on laisse un ciboire de crinqué comme le Doc Mailloux derrière un micro? Pourquoi Éric Duhaime ne croule pas sous les procès pour diffamation? Pourquoi Jeff Fillion existe encore dans la sphère médiatique?

Parce qu’ils ont un public. Non, je ne dis pas que le monde de Québec sont des racistes et des misogynes. Je dis que les racistes et les misogynes de la province de Québec -parce qu’avec Internet, ton auditoire ne se limite plus à une seule ville – aiment la radio d’opinion de Québec. Ils aiment se faire dire qu’ils ont raison. Ils aiment ne pas avoir à confronter les faits, avoir des réponses toutes prêtes venant de gens « respectables ». Ils vont avaler tous les « faits alternatifs » qui leur font du bien.

L’important pour les radios d’opinion de Québec, ne semble pas être de débattre des faits, mais de provoquer l’indignation à tout prix.

Quand la radio de Québec s’insurge du coût de la réfection du manège militaire ou de la construction de l’arrêt d’autobus chauffé sur la Côte d’Abraham, ça chatouille le nerfs indigné des payeurs de taxes dont on gaspille l’argent. Jamais ils ne mentionnent le fait que ces deux projets de construction se trouvent dans le voisinage de la Colline parlementaire, et donc, dans la zone du Vieux Québec. On ne peut pas construire n’importe comment dans le VQ, on doit respecter le patrimoine historique de l’endroit et son cachet touristique, qui est une source de fierté pour le peuple québécois et de revenus pour la région et la province. Il y a des restrictions jusqu’à la sorte de vis qu’on a le droit d’utiliser. Et je vous garantis que c’est pas les vis les plus cheap qui sont permises.

Attention, même avec les restrictions de construction, je trouves que ces deux projets coûtent cher, et je me pose moi aussi des questions dessus. C’est d’ailleurs pourquoi j’ai choisi cet exemple. Mais ne pas tenir du tout compte de cet aspect dans toutes les discussions que j’ai entendu sur le sujet me semble d’une extrême mauvaise foi. Parce que, même si ça reste une dépense suspecte, elle est pas mal moins scandaleuse qu’on le laisse croire si on tiens compte des règlements entourant les travaux de construction dans un site historique.

Appliquez l’exemple que je viens de vous donner à l’immigration, ou aux droits des femmes -et ceux des hommes aussi, en passant, parce qu’ils ne font que les aimer quand ça leur sert-, et on voit tout de suite le danger de virer dans l’intolérance et l’ignorance crasse.

Tsé quand ils hurlent, avec la CAQ, que le gouvernement devrait forcer la SAAQ à refuser à une femme en burqa de passer son permis de conduire, ils semblent oublier un des principes premier de l’Art de la Guerre: connais ton ennemi. Les femmes en burqa n’ont pas le droit de conduire. Elles ne demanderont JAMAIS de passer un examen de conduite.

Bref, j’ai planté des épluches-patates dans mon jardin pour empêcher les tigres de venir dans la cour. « Mais, il y a pas de tigres au Québec, Matante Elise! » vous entend-je dire. En effet, vous voyez comment c’est efficace les épluches-patates dans le jardin?

Un autre bel exemple de la propension des radios de Québec à faire du scandale plutôt que de l’information: en février 2016, une membre du congrès du Kentucky a déposé un projet de loi. Avant de vous expliquer le contenu de ce projet de loi, je vous donne la raison derrière. Elle l’a fait en réaction à un autre projet de loi, qui ajoutais encore une autre restriction à l’accès à l’avortement dans sont État. Beaucoup de gouvernements plus conservateurs aux USA contournent l’arrêt Roe vs Wade de la Cour Suprême qui légalise l’avortement en créant des barrières légales à l’accès, le but étant de rendre l’accès à une interruption de grossesse quasi impossible. La plupart de ces États mettent aussi des restrictions sur l’accès aux moyens de contraception et sur l’éducation sexuelle dans les écoles, bref, les deux moyens les plus efficaces de réduire le besoin d’un recours à l’avortement.

Mary Lou Marzian en a eu marre et elle a décidé de répondre en se foutant glorieusement de leur gueule:

Elle a déposé un projet de loi exigeant que les hommes qui veulent avoir une prescription de Viagra ou autre médicament pour les problèmes érectiles produisent une lettre de consentement de leur épouse, qu’ils soient examinés par deux médecins et qu’ils fassent un serment qu’ils n’utiliseraient la drogue que dans le lit marital. Bien entendu, seuls les hommes mariés pourraient avoir accès à la drogue. Pour « sauvegarder la moralité » dans leur État.

C’est une loi complètement ridicule, qui ne passerait jamais, et Mary Lou en est 100% consciente. C’était un coup d’éclat, pour mettre en lumière le fait que l’État se mêle peut-être un peu trop de la vie sexuelle des femmes. Et personnellement, je trouve que c’était un move de génie.

Entre en scène Éric Duhaime, Héros du Peuple. Le lendemain, sur Facebook, il partage un article à propos du projet de loi de Mary Lou Marzian et explose dans une diatrybe antiféministe en traîtant le projet de loi de farfelu, en acusant l’État du Kentucky de brimer les droits des hommes et en traitant Mary Lou Marzian de conne imbue d’elle même et coincée qui déteste les hommes.

 

J’ai lu l’article qu’il avait partagé avec son texte indigné. C’était un article en français avec un titre semblable à celui que je vous ai partagé.

Le texte de l’article indiquait clairement que Marzian était très consciente que son projet de loi était farfelu, et qu’elle était 100% d’accord que les exigences dans cette loi étaient hyper puritaines et misandristes et qu’elle n’avait absolument aucune intention de le rendre à terme. L’article indiquait clairement le but derrière le dépôt de ce projet, et spécifiait que personne ne le prenait au sérieux, surtout pas Mme Marzian.

Bref, il était extrêmement clair que Duhaime avait lu le titre et avait pété une coche sans prendre la peine de lire l’article, il n’était même pas au courant que c’était un PROJET de loi, et non une loi en fonction…

Sur le coup, j’ai ri. C’était tellement stupide, tellement incompétent, tellement comique… Jusqu’à ce que je me rappelles que ce mec est censé être un professionnel de l’information et est considéré comme une référence par une grande partie de la population du Québec. Et là, j’ai eu besoin d’un verre.

Alors, dois-t-on fermer les radios d’opinion de Québec? On tombe dans le domaine de la liberté d’expression, et c’est un sujet hyper complexe et je n’ai pas les compétence pour vous donner une réponse. Je ferai donc la chose responsable et ne vous donnerai pas une réponse toute faite.

Je vais quand même vous préciser que personne ne vous oblige à l’écouter…

Les promesses du Nouveau Colosse.

In the beginning
There was the cold and the night
Prophets and angels gave us the fire and the light
Man was triumphant
Armed with the faith and the will
That even the darkest ages couldn’t kill

Too many kingdoms
Too many flags on the field
So many battles, so many wounds to be healed
Time is relentless
Only true love perseveres

It’s been a long time and now I’m with you
After two thousand years

Je suis en colère. Je suis triste. Mais surtout, j’ai peur. L’obsédée d’Histoire que je suis, celle qui a eu un frisson glacé dans le dos en se tenant sur l’emplacement de l’ancien pilori à Leiden, celle qui a pleuré dans la Maison d’Anne Frank, est tout simplement terrifiée. J’ai pleuré, j’ai hurlé, j’ai ragé, et j’ai paniqué. Je sens encore la panique, toute proche, qui attend la première excuse pour reprendre les commandes.

Donald Trump ne détruira pas l’Amérique, ni le monde occidental, il n’a pas besoin de le faire, ils sont déjà détruits.

Il y a tellement de raisons qui expliquent son inexplicable ascension au pouvoir, aucune d’entre elle n’a fait pencher la balance plus que l’autre, ça ne sert à rien d’analyser et de chercher.

Mais ne me dites pas que ça ira. Ne me dites pas de ne pas m’en faire. Ne me dites pas de ne pas avoir le cœur qui saigne en pensant à tous les gens à qui on a dit «  votre oppression ne me concerne pas, tant que je n’ai pas plus d’impôts à payer, je m’en fous pas mal que vous creviez ou souffriez ».

This is our moment
Here at the crossroads of time
We hope our children carry our dreams down the line
They are the vintage
What kind of life will they live?
Is this a curse or a blessing that we give?

Je me sens comme Cassandre, j’ai vu le noir qui approche, lentement, inéluctablement, depuis le 11 septembre 2001. J’ai passé TELLEMENT  de temps à essayer d’éviter le pire, à dire à tout le monde : « ayez de la compassion, soyez empathique. Si vous croyez en Jésus, ne rejetez pas les autres à cause de leur couleur, de leur religion, de leur sexe ou de ce qu’ils font avec, c’est contraire à son message. Qui êtes-vous pour prétendre savoir mieux que lui qui est digne de son amour? » Je ne suis pas du tout religieuse, mais on n’a pas besoin d’aller à la messe pour croire à « aimez-vous les uns les autres. » J’ai partagé ce message en religieux, en séculier, en féminisme, en canadien, en québécois, en français, en anglais, en blanc, en éduqué, en populiste, en sacrant, en pleurant, en riant, tout le temps, partout, il est derrière chacune des convictions que je déclare, derrière chaque action que je pose.

Je n’ai jamais arrêté de me battre et de garder espoir.

Malgré toute la merde qui sort dans les radios de Québec et les journaux de Montréal.

Malgré toutes les horreurs que je lis dans les commentaires sur internet.

Malgré la xénophobie triomphante de membres de ma famille proche.

Malgré l’incompréhension de mes amis les plus proches.

Malgré ceux qui me traitaient de casseuse de fun, de coincée, d’enragée.

Je n’ai jamais cessé de me battre.

Parce que je sais que l’Holocauste ne se résume pas à un film de Spielberg en noir et blanc.

Parce que je sais que le Rwanda ne se résume pas à quelques chansons de Corneille.

Parce que je sais que le sexisme et la culture du viol ne se résument pas à Marcel Aubut ou Jian Ghomeshi.

Parce que je sais que le racisme ne s’est pas arrêté avec Brown vs the Board of Education.

Parce que je sais que le dossier du droit à l’avortement n’a pas été clos avec l’affaire Tremblay contre Daigle.

Parce que je sais que l’équité salariale est loin d’être vraiment acquise.

Mais j’ai toujours et encore cru au triomphe de l’humanité, j’ai toujours cru que si je vous aimais assez fort, si je vous expliquais la force de la compassion et de l’empathie, vous finiriez aussi par comprendre que le monde ne s’arrête pas avec nous et qu’il faut penser aux autres comme nos égaux, même ceux qui nous font peur. Et qu’à votre tour , vous alliez partager ces idées et « infecter  » le monde avec la compassion .  

Je suis en train de perdre cette foi. Pas à cause de Trump, fuck that guy. À cause du monde occidental qui lui a pavé une belle voie dorée. Ce n’est pas notre pays. Mais c’est la PREMIÈRE PUISSANCE MONDIALE. Et elle est en train de dire au monde entier : « nous n’avons même pas honte de dire haut et fort que seuls nos citoyens blancs, hétéros et chrétiens ont de la valeur. »

Sometimes I wonder
Why are we so blind to fate?
Without compassion, there can be no end to hate
No end to sorrow
Caused by the same endless fears

Why can’t we learn from all we’ve been through
After two thousand years?

Au socle de la statue de la Liberté, on peut lire :

Pas comme ce géant d’airain de la renommée grecque
Dont le talon conquérant enjambait les mers
Ici, aux portes du soleil couchant, battues par les flots se tiendra
Une femme puissante avec une torche, dont la flamme
Est l’éclair emprisonné, et son nom est Mère des Exilés.

Son flambeau
Rougeoie la bienvenue au monde entier ; son doux regard couvre
Le port relié par des ponts suspendus qui encadre les cités jumelles.

« Garde, Vieux Monde, tes fastes d’un autre âge ! » proclame-t-elle
De ses lèvres closes.
« Donne-moi tes pauvres, tes exténués,
Tes masses innombrables aspirant à vivre libres,
Le rebus de tes rivages surpeuplés,
Envoie-les moi, les déshérités, que la tempête me les rapporte
Je dresse ma lumière au-dessus de la porte d’or ! »

 

« Donne-moi tes pauvres, tes exténués,
Tes masses innombrables aspirant à vivre libres,
Le rebus de tes rivages surpeuplés,
Envoie-les moi, les déshérités, que la tempête me les rapporte
Je dresse ma lumière au-dessus de la porte d’or ! »
  

 

Des musulmans qui ont cru aux promesses du Nouveau Colosse se retrouvent maintenant piégés dans un pays qui les haïs. Des gens qui ont fui la haine et la violence se retrouvent au point de départ, face à la haine et la violence.

6 millions de juifs ont succombé à l’intolérance nazie. Mais on parle si peu de tous les handicapés, les homosexuels, les tziganes, les noirs, les russes qui ont étés systématiquement éliminés eux aussi pendant la deuxième guerre mondiale. Les gais américains viennent de se faire dire qu’ils ne sont pas importants, les noirs, les latinos, les juifs, les asiatiques, les trans aussi.

Check your fucking privileges white westerners. Because you’ve done it again. You have learned NOTHING.

C’est maintenant officiellement acceptable de dire que les noirs sont tous des thugs, que les latinos sont tous des gangmembers et des violeurs. Le vice-président de la plus grande puissance mondiale ne se cache pas pour dire que l’homosexualité est une perversion de la nature. Le nouveau président américain pense qu’une femme ayant avorté devrait être punie.

Non, vous ne me ferez pas croire que ce sont des paroles en l’air. S’en aurait été s’il n’avait pas été élu. Mais les gens qui l’ont mis sur le trône à cause de ses idées extrémistes (l’exemple le plus flagrant étant les membres du KKK) ne lui permettrons  pas laisser ces paroles en l’air.

Dans six mois, quand la déportation des musulmans n’aura pas encore commencé, quand les noirs vont avoir encore le droit d’aller dans les bonnes écoles, ces gens vont se sentir floués. Et ils sont violents. Et ils haïssent le pouvoir. C’est pour ça qu’ils ont voté pour Cheeto Jesus, il leur a promis de faire un pays à LEUR goût. Ils sont absolument convaincus que c’est leur devoir historique de se soulever contre la tyrannie. Ils ne laisseront pas Trump modérer ses actions sans réagir.

Et on ne peut plus rien faire pour les arrêter.   

Maintenant, il y a quelque chose en moi qui meurs un peu plus à chaque seconde qui passe, à chaque fille en hijab qui se fait arracher son foulard parce que « Trump a été élu, tu n’as plus le droit de faire ça maintenant ». À chaque étudiant latino qui se fait crier « build the wall! » quand il circule dans les couloirs de son école. Oui, sans joke, c’est déjà commencé.

2000 ans plus tard, vous n’avez toujours rien compris.

Allez tous vous faire foutre, moi inclus. Si Dieu nous a abandonné, c’est avec raison. Nous  sommes indignes de lui.

Quand les cendres de l’incendie qui vient d’avoir été allumé auront refroidies, allons nous encore nous asseoir sur l’Histoire et l’ignorer? Ou allons nous enfin comprendre?

Je n’ai plus foi au monde dans lequel on vit. Foutez-y le feu, il ne mérite rien d’autre.

Je dois essayer de croire aux miracles qui auront lieu après la dernière guerre.

There will be miracles
After the last war is won
Science and poetry ruling the new world to come

Prophets and angels
Gave us the power to see
What an amazing future there will be

And in the evening
After the fire and the light
One thing is certain: Nothing can hold back the night

Time is relentless
And as the past disappears
We’re on the verge of all things new

We are two thousand years
-Billy Joel « Two thousand years », 1993

Matante Elise out.