GamerGate: Naissance d’un mouvement de haine.

Bon, je devais vous parler de guidounes aujourd’hui, mais j’ai repoussé ce billet à jeudi prochain parce que des événements sont survenus qui m’ont convaincue qu’il était temps pour moi de parler du Gamergate.

Note 1 : les Actes se sont chevauchés dans le temps et ne sont pas tous arrivés l’un après l’autre, j’ai choisi de séparer le texte ainsi parce que, sincèrement, c’est déjà assez complexe comme ça, si j’y avais été dans l’ordre chronologique, vous auriez mal à la tête après 3 paragraphes.

Note 2: je me considère comme une gamer, même si certains diraient que je ne joue pas à de « vrai » jeux. Je m’en fiche. Le terme de gamer n’est plus depuis longtemps l’étiquette officielle des mâle de race blanche entre 15 et 35 ans qui jouent à Halo. Et même parmi ceux-ci, une énorme proportion ne toucheraient pas le GamerGate avec une perche de 100 pieds. Évitez donc la généralisation : jouer à Assassins Creed n’est pas une carte de membre du mouvement GamerGate.

Acte 1 : Zoe Quinn et le raid de départ:

En août dernier, un programmeur du nom de Eron Gjoni a vécu un événement dévastateur : il s’est fait plaquer par sa conjointe, Zoe Quinn, une développeuse de jeux vidéos. Ce sont des choses qui arrivent, et qui font mal. Eron a décidé, dans sa grande sagesse, d’aller vider son cœur sur internet. Il est allé sur le site Reddit et sur d’autres forums s’adressant aux amateurs de jeux vidéos et a publié une loooooongue diatribe (on parles d’entre 8 000 et 10 000 mots, ce billet, pour comparaison en contient environ 3 000) accusant Zoe de tous les péchés du monde.

Son crime le plus grave : elle aurait couché avec un journaliste du nom de Nathan Grayson alors qu’elle était encore en couple avec Gjoni. Grayson était à l’époque un pigiste pour les sites Kotaku et Rock Paper Shotgun, deux sites qui s’intéressent aux jeux vidéos.

Il n’en fallait pas plus pour que la guerre soit déclarée.

Zoe Quinn est soudainement devenue l’ennemie publique numéro un.

ELLE A COUCHÉ AVEC UN GARS POUR AVOIR DE LA PUB POUR SON JEU!!!!!!!!!!

(Note : Nathan Grayson n’as jamais testé Depression Quest, le jeu de Zoe Quinn et n’a jamais fait de critiques dudit jeu que ce soit pour Kotaku ou Rock Paper Shotgun, mais bon, CORRUPTION À COUP DE VAGIN!!!!)

Je vous mets le lien pour son témoignage de l’expérience (et sérieusement, les commentaires de l’Éditeur au début et à la fin de l’article sont jouissifs et la quintessence de la raison pour laquelle je suis à la veille de créer un culte basé sur le site Cracked.com) :

http://www.cracked.com/blog/5-things-i-learned-as-internets-most-hated-person/

Le phénomène du doxxing (trouver et publier les coordonnées personnelles d’une personne dans le but avoué d’encourager le harcèlement) et du revenge porn (partager du contenu intime et des informations –vraies ou fabriquées- sur la vie sexuelle d’une personne dans le but de salir sa réputation) ne sont absolument pas nouveaux. Zoe Quinn a eu la malchance de se trouver au centre de ces deux phénomènes poussés à l’extrême. Si vous n’avez pas cliqué sur le lien que j’ai mis plus haut, vous devez savoir qu’en une soirée, Zoe a découvert que :

  1. Son ex avait publié sur plusieurs plateformes un texte haineux rempli de détails sur leur vie à deux et d’accusations.
  2. L’entrée Wikipédia la concernant avait été mise à jour avec la mention « died 13th of October 2014 (We hope)). (décès 13 octobre 2014 (nous espérons))
  3. 4Chan s’est vite rempli d’informations personnelles sur elle et sur Nathan Grayson qui ont été partagées de façon exponentielle en quelques minutes.
  4. Tous les réseaux sociaux auxquelles elle appartenait avaient soudainement explosés en un raz-de-marée d’insultes, de menaces et de haine horrible.
  5. Des forums ont commencé à pousser à droite et à gauche qui avaient pour seul but de trouver toutes les « preuves » possibles et imaginables qu’elle était la pire pute de l’histoire de l’humanité (La putain de Babylone serait verte de jalousie à lire tout ça).

Et ensuite, ça a débordé dans le monde réel. Et c’est là que ça devient TERRIFIANT.

  1. Le père de Zoe a commencé à recevoir des appels de gens l’injuriant et lui disant que sa fille est une traînée.
  2. Ses amis et leurs contacts Skype ont été hackés et ils ont reçu plein de merde.
  3. Un collègue développeur qui a pris sa défense a vu ses informations bancaires publiées à la vue de tous.
  4. Certains des forum ont commencé des conversations qui se résument à des descriptions de fantasmes dans lesquels Zoe est violée et/ou tuée. Ils s’encouragent dans ces fantasmes et se rassurent en se disant mutuellement que c’est correct d’avoir ce genre de sentiments, c’est normal de détester Zoe et de vouloir qu’elle meure dans la souffrance, c’est une salope horrible après tout.
  5. Et j’en passe, et j’en passe. Et le tout a pris une telle ampleur que des publications nationales se sont vues forcées d’en parler.
  6. Zoe a dû quitter son logis et elle doit squatter chez des amis depuis août, car son adresse personnelle, actuelle ainsi que TOUTES ses adresses à vie, ont été rendus publiques et des gens menaçaient d’aller chez elle pour la violer et/ou la tuer.

On en a pas trop entendu parler au Québec, parce que tout ceci concerne une américaine  et si vous n’évoluez pas en profondeur dans les milieux gamers, vous n’avez probablement jamais entendu parler de Zoe Quinn ou d’Eron Gjoni. Même moi, qui évolue dans les milieux geeks, je n’avais jamais entendu le nom de Zoe Quinn avant le mois d’août.

Mais je veux que vous connaissiez leurs noms. Parce que le « scandale » entourant leur séparation a donné naissance à un mouvement tellement subversif que vous allez tôt ou tard entendre parler de victimes réelles et tragiques du GamerGate.

Acte 2 : naissance d’un mouvement

L’expression GamerGate (et le hashtag l’accompagnant) ont été créés dans la foulé de « l’affaire Zoe Quinn » et ont été popularisés par Adam Baldwin, l’homme qui a fait la preuve irréfutable que les cartoon villains existent dans le monde réel et sont encore pire que les personnages inventés.

(apartée au sujet d’Adam Baldwin : il fut une époque où j’aurais sacrifié, un bras, une jambe et un rein pour Adam Baldwin. Il était en vedette dans mes deux séries préférées : Firefly et Chuck, il avait fait quelques épisodes d’Angel et c’est un acteur vachement charismatique et attachant. Puis j’ai commencé à le suivre sur twitter. Et je me suis vite rendue compte que Jayne, Casey et Hamillton ont l’air de hippies comparés à leur interprète. J’ai rapidement annulé mon abonnement à son twitter, mais il arrive encore régulièrement que je tombe sur un de ses gazouillis immondes dans un article dénonçant le discours de la droite ou parlant de la déconnexion avec la réalité de certains extrémistes. Son dernier en date disait qu’on n’avait « aucune preuve qu’Obama ne cherchait pas à propager Ebola aux USA. » J’ai résisté à une forte envie de lui répondre qu’on n’avait aussi « aucune preuve qu’Adam Baldwin n’avait pas de fantasmes d’orgie avec 45 membres d’Al Quaïda et 4 chèvres », parce que je me suis dit que ce serait insultant pour les gays, les terroristes, les amateurs d’orgies, les zoophiles et les chèvres, d’être associés à ce ramassis de pus immonde. Je continue toutefois à adorer Chuck, Angel et Firefly, parce que Josh Shwartz et Joss Wheadon sont des gars géniaux, ces séries sont superbement bien faites et ce n’est pas de leur faute si leur casting pour le trou de cul de service était bon à ce point.)

Le mouvement prétend officiellement « combattre la corruption dans le monde du jeux vidéo ». Ce qui est une cause tout à fait louable et que j’encourage. Le fait est que le milieu du journalisme de jeux vidéo a un gros problème, venant en grande partie du fait que leur pricipale source de revenu, la publicité des compagnies de jeux vidéo, leur vient des même personnes dont ils doivent juger le travail…

Un exemple? La compagnie qui a publié Middle-Earth: Shadows of Mordor a offert des exemplaires avant publication du jeux à des critiques sur You Tube et les a payés, à condition qu’ils s’engagent à faire des commentaires positifs.

Les GamerGaters se sont jetté sur ce scandale non? C’est clairement du journalisme biaisé ça!

Non, ce n’est pas ce que le GamerGate fait dans la réalité.

http://jezebel.com/gamergate-trolls-arent-ethics-crusaders-theyre-a-hate-1644984010

Dans la réalité, le GamerGate est simplement la cause légitime que les gens qui ont harcelé et harcèlent encore Zoe Quinn et plusieurs autres personnes (pas seulement des femmes, mais majoritairement) ont utilisé pour recruter des gens pour les défendre. Ça a superbement bien fonctionné. Et c’est tout simplement horrible, horrible, horrible.

Le lien suivant montre une partie de la documentation recueillie par Zoe Quinn et d’autres personnes pour la police. On voit étape par étape comment ils ont eu l’idée de mettre un verni d’éthique pour camoufler leur ignominie.

https://storify.com/EffNOVideoGames/stopgamergate-it-has-always-been-a-spin

Les partisants les plus modérés du GamerGate vous diront que tout ça n’a rien à voir avec eux, qu’ils veulent « l’intégrité journalistique » et qu’ils dénoncent le harcèlement, mais les pressions qu’ils ont fait ont toujours pour cible des sites qui ont publiés des articles critiquant l’origine de leur mouvement, et non pas les sites de jeux qui publient des critiques favorables pour les jeux de leurs commanditaires avant même que les copies de test ne soient disponibles. Ils sont tellement occupés à défendre leur nom qu’ils ne s’occupent ABSOLUMENT pas d’intégrité journalistique. Si vous regardez la liste des sites qu’ils veulent qu’on boycotte au nom de l’intégrité dans le journalisme de jeux vidéos, vous y verrez Cracked et Dr Nerdlove, qui ne font AUCUNE critique de jeux vidéos, mais ont le malheur d’avoir pris position contre le mouvement GamerGate. Dans le cas de Cracked, ce fut après avoir reçu des tonnes de demandes des gens du GamerGate pour qu’ils parlent de leur cause. Les gens de Cracked ont finalement plié sous la pression et ont lu les tweets, articles et forums consacré au GamerGate, pour finir par arriver à la conclusion que, et je cite : « if what they’re saying is true, then this is still the most pointless fucking bullshit anyone has ever forced us to read. » (si tout ce qu’ils disent est vrai, c’est tout de même la calvaire de bullshit la plus insensée qu’on nous ait jamais forcé à lire.) Bref, ils se sont tirés dans le pied en exigeant que Cracked prenne position.

Mais bien entendu, les gens du GamerGate vous diront que les gens qui écrivent pour Cracked sont payés pour le faire, donc, CORRUPTION!!!!

Oui, parce qu’être payé pour faire sa job, c’est automatiquement être corrompu, seul les bénévoles sont au-dessus de tout soupçons, on a jamais entendu parler de détournements de fonds dans des organismes caritatifs après tout.

Ouais… Ok….

Oh, et combien de critiques de jeux vidéos ont été écrites par Zoe Quinn?

Un grand total de ZÉRO.

Mais c’est à propos de l’éthique en journalisme de jeux vidéos et rien d’autre. Ils ont rien à voir avec les harceleurs…

image

Non, ça n’a pas du tout l’air d’une campagne de harcèlement organisée. Il n’y a pas de harcèlement organisé, GamerGate est contre le harcèlement organisé.

Et ils ne veulent pas abandonner leur étiquette infâmante et se battre pour l’intégrité journalistique sans être associé à ce nom et à toute la merde qu’il représente. Parce que… euh… parce que… hmmm… Parce que?

Parce que le parti Nazi était la seule solution pour sauver la nation allemande. GamerGate est le seul et unique moyen de défendre les droits des gamers. (est-ce que ça compte dans la loi de Godwin? J’ai pas nommé Hitler directement.)

Bz_xr2_CIAIhDvm

Acte 3 : Anita Sarkeesian, Tropes vs Women in video games, ou « les illuminati féministes vont nous voler nos first person shooters! »

Anita Sarkeesian est d’origine Canadienne, mais habite depuis longtemps aux Etats-Unis. En 2011, elle a commencé à publier sur sa chaine You Tube la série Tropes vs Women qui parle des stéréotypes clichés sur les femmes dans la fiction, télé, film, comics et livres.

Dès le départ, elle a eu beaucoup de critiques disant qu’elle était une féministe enragée, mais rien de très grave ou de difficile a gérer.

Jusqu’en 2012, lorsqu’elle a démaré une campagne sur Kickstarter pour ammasser des fonds pour la saison 5 de sa série: Tropes vs Women IN VIDEOGAMES.

Oh mon Dieu! Elle va toucher à la VACHE SACRÉE!

SI ELLE CRITIQUE LES JEUX SEXISTES, ON VA NOUS ENLEVER NOS JEUX SEXISTES!!!

La fin du monde est arrivée! Tous à vos shotguns!

Euh…Ça fait trois ans qu’elle critique la télé et les comics sexistes, et il y a toujours de la télé et des comics sexistes. Mais ça veut rien dire, c’est pas des produits culturels importants comme les jeux vidéos…

Les menaces de mort et de viol on immédiatement débuté. Et pourtant, Anita avait un objectif d’amasser 6 000$ pour acheter les consoles, jeux et différents équipements pour sa série. Avec tout le foin qui a été fait autour de sa campagne Kickstarter, elle a ramassé …

15 000$.

POUAHHHHHH!!!!!!!!!!!!

Vu tout ce succès, Anita a décidé d’élargir son analyse et de retarder la production de la série d’un an.

Le hasard a voulu que le premier vidéo soit publié en plein débuts du GamerGate.

Et vous devinez le reste de l’histoire. Anita et son conjoint sont présentement sur la route, car leur adresse a été publiée et des menaces directes leur ont été envoyés à tous les deux. Les parents d’Anita reçoivent quotidiennement un lot de haine et de menaces de mort (leur adresse a aussi été publiée) pour avoir mis l’Antéchrist au monde. Depuis août, chacune de ses apparitions publique a été faite sous la menace d’attaques à la bombe ou autres actes de violence.

Attention, le contenu de l’image suivante est dérangeant en calisse.

BwEefh5IcAAG_ob

Je vous rapelles que tout ceci est fait au nom de la défense des JEUX VIDÉOS. Vraiment, ces gens sont des pionniers des droits sociaux. Des fucking Malcom X…

Jusqu’au 14 octobre 2014, alors qu’à la veille d’une conférence d’Anita à l’université d’état de l’Utah les responsables ont reçu plusieurs messages promettant la « pire tuerie par arme à feux de l’histoire » si la conférencière se présentait le lendemain. Et en lisant les extraits rendus publiques, j’ai vu écarlate.

Ce malade mental faisait référence au « Montreal shootings ». Dans le sens de Polytechnique. Il se prend pour l’héritier de Marc Lépine.

Pas de mots.

Tout simplement pas de mots.

Je n’ai pas de mots pour dire dans quel état ces deux mots m’ont mise. Je pleurais de rage, de déception et de tristesse.

Je n’ai pas connu de victimes de la tuerie du 6 décembre 1989, mais j’avais 9 ans à l’époque. Je me souviens des parents détruits à la télé, de ma mère figée devant l’écran, le visage inondé de larmes, des informations qui sortaient sur les motivations de Lépine et de cette réalisation terrifiante: Être une fille, c’est dangereux. Juste parce que j’étais née avec une vulve, j’étais en danger.

Et ce tas d’ordure se vante de faire « mieux » que Marc Lépine?

Fuck you, with a rusty crowbar, you despicable shitbag full of rotten pus!

L’Utah étant un État permettant le transport d’une arme cachée avec détention d’un permis, ce qui veut dire que légalement, ni l’université, ni la police ne pouvait fouiller les participants et refuser l’accès aux armes sur le campus ou dans la salle de conférence, Anita a pris la décision d’annuler la rencontre. Si elle participe régulièrement à des aparitions publiques malgré que sa vie soit menacée, elle ne pouvait en bonne conscience, mettre la vie des collégiens de USU en danger. Comme elle l’a dit, ce n’est pas la menace qui l’a fait plier, mais le fait qu’elle ne peut pas prendre les mesures pour assurer sa sécurité et, surtout, celle des innocents sur le campus.

Mais allez-y GamerGaters, continuez à dire d’un côté que vous n’êtes pas parmis les harceleurs, tout en continuant de défendre une étiquette que ces ordures utilisent sans gêne pour justifier leur misogynie putride!

image

Ok mon petit, logique très solide là, c’est très rassurant tout ça…

Oh! Et j’allais oublier le dernier argument: Zoe et Anita auraient, selon certains, CRÉÉ DE TOUTES PIÈCES tous les comptes Twitter et les screencaps qu’elles ont partagées pour dénoncer la violence qu’elles subissent. Pour attirer l’attention, et pour se faire du capital de sympathie. Le victim blaming dans sa forme la plus pure!

image

Ce serait drôle, si c’était pas si pathétique.

Quelqu’un a dit dans un article que les GamerGaters qui crient haut et fort qu’ils sont contre le harcèlement sont comme les membres du KKK qui disaient qu’ils ne détestaient pas les noirs, ils sont juste fiers d’être blancs.

Ok dude, je te crois sur parole, t’es là pour la défense de l’intégrité journalistique …

Je vous ai exposé ici les deux principales victimes du GG, mais plusieurs femmes dans l’industrie du jeu ont été attaquées, certaines ont simplement décidé d’abandonner leur passion et de changer de carrière. D’autres se battent, et en paient le prix. Comme Brianna Wu, la dernière en date à avoir dû partir de chez elle après des menaces.

De nombreux sites et personnalités ont reçu des hatemails pour avoir critiqué GamerGate ou simplement pour avoir partagé une des vidéos d’Anita Sarkeesian. Encore aujourd’hui, Twitter est rempli d’angry eggs (des comptes anonymes ayant l’avatar par défaut de twitter, un oeuf, créés simplement dans le but de dire le plus d’horreurs possibles avant de se faire éjecter par le site) qui se jettent sur toute personne qui ne chante pas les louanges de GamerGate et ne partage pas l’opinion des VRAIS gamers.

Et les appels à la violence continuent, et vont continuer pendant longtemps. Et, j’ai peur de l’admettre, probablement jusqu’à ce qu’un drame comme celui dont je parlerai dans mon billet de lundi se produise.

Je pries tous les soirs qu’on en arrive pas là. J’ai malheureusement peu d’espoir.

Bon, on va finir en moins déprimant. Quand on ne peut pas en pleurer, vaut mieux en rire. Voici deux séries de Tweets qui se moquent du mouvement GamerGate.

Ici Lindsay Ellis utilise l’identité de son idole d’enfance STARSCREAM pour tenter de devenir la Chef du GamerGate. Starscream réussi aussi bien que lorsqu’il essaie de prendre la relève de Megatron:

https://storify.com/thelindsayellis/starscream-lord-of-gamergate

Dans le deuxième, Josh Langland essaie de trouver le prochain grand scandale d’internet (j’étais inspirée, vous verrez mes contributions sous le nom @Beludore):

https://storify.com/Beludore/the-next-great-internet-scandal

Je vous mets aussi tous les articles de Cracked sur le GamerGate, parce que c’est trop drôle de voir à quel point leurs pressions sur le site pour qu’il parlent d’eux leur a pété dans la figure:

http://www.cracked.com/blog/7-ways-gamergate-debate-has-made-world-worse/

http://www.cracked.com/quick-fixes/a-90-second-guide-to-determine-if-your-internet-cause-bs/

http://www.cracked.com/blog/4-ways-gamers-still-suck-at-dealing-with-women/

Et pour finir, Hey GAMERGATERS!

Go Fuck Yourselves.

Matante Elise out.

Advertisements

11 réflexions sur “GamerGate: Naissance d’un mouvement de haine.

    • Ce n’est que la pointe de l’iceberg. Dès que le hashtag GamerGate est utilisé sur Twitter, le yable pogne dans la cabane. J’ai même désactivé la fonction de partage automatique sur Twitter pour ce billet, parce que Matante a pas envie de se faire chier à filtrer les gazouillis de justification et ceux d’insultes. Même si le mouvement est majoritairement américain et que j’écris en français, les chances sont quand même grandes que je sois ciblée si le billet se retrouve sur Twitter. Facebook est plus facile à contrôler.

      J’aime

  1. Le harcèlement organisé, c’est comme rouler une boulle de neige dans une neige neuve, ça grossit vite ! Mais au lieu d’être de la neige c’est dans la merde qu’ils roulent. Il reste possible que ces femmes ont elles-mêmes créé certains blogues pour se faire du capital sympathie cependant elles ne peuvent avoir tout écrit ces bêtises et maintenant c’est comme un train en marche, c’est difficile à arrêter en maudit ! Il faudrait peut-être lancé un mouvement constructif sur ce même propos ce serait l’anti-poison au lieu d’être un œuf comme avatar ça pourrait être une flèche orange pointé vers le haut!

    J’aime

    • Il y a suffisamment de preuves amassées pour être certains que ni Anita, ni Zoe n’ont créé les menaces s’adressant à elles. Les services de police ont déjà validé toutes les informations et confirmé la réalité des menaces. Les menaces étant maintenant de nature terroristes, le FBI est embarqué là dedans, ça va barder dans pas long.

      J’aime

    • Garde courage! Une des raisons pourquoi j’écris, et je parle de ces choses, c’est parce qu’il y a un moyen très simple de les combattre: en faisant entendre la voix de la raison et de la compassion. Les fous crient toujours plus fort, mais nous sommes plus nombreux. Il faut que la majorité cesse d’être silencieuse et de ce dire que ça ne les concernent pas. Ça nous concerne tous.

      Tu as deux superbe garçons, et tu a la chance unique de participer à la formation de leur vision du monde et d’influencer le genre d’homme qu’ils vont devenir. C’est important que tu saches dans quel genre de monde on vit, et qu’ils le sachent aussi, qu’ils sachent ce qu’est la masculinité toxique, comment les mouvements haineux se construisent, pour qu’ils les identifient et puisse éviter de s’y trouver empêtrer. Tu ne pourra les tenir loin de ça, c’est beaucoup plus efficace de leur donner une bonne dose de valeurs, de compassion et d’esprit critiques, ils sauront alors se protéger tout seuls.

      C’est pas très beau, mais c’est pas désespéré non plus, je te le jure!

      J’aime

    • J’ai pas de problème avec un jeux violent, que ce soit envers les animaux ou les humains, mais Calvaire, quand c’est présenté comme ça.. J’ai envie de leur faire avaler du brocoli cuit dans une sauce faite à partir du contenu des deux litières chez nous!

      J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s