Je suis grosse.

Non, non, je ne cherche pas à me faire rassurer, à me faire dire « ben non, t’es pas grosse », « il y en a des pas mal plus grosses que toi » ou autres trucs rassurants. Je suis grosse, c’est un fait.

Et alors?

Non, sérieusement. Je suis grosse.

Pis après?

Pensez-y un peu. En quoi mon surplus de poids influence la vie des autres?

Quand je me promène sur la rue et qu’en passant, un char me klaxonne et qu’un gars d’environ 17 ans se sort la tête et me crie « grosse torche, t’es grosse » qu’est-ce qu’il pense accomplir? Est-ce qu’il pense que je ne suis pas au courant?

Quand mes matantes pleines de bonnes intentions me disent de m’habiller lousse pour cacher mes bourrelets, à qui pensent-elles que ces conseils vont servir? À moi?

Je suis une grosse, une toutoune, une ronde, etc.

Et alors?

J’ai pris la décision il y a quelque temps d’assumer l’identité et de refuser de l’accepter comme une insulte. Parce qu’être grosse, ce n’est pas un problème.

L’IMC N’EST PAS UN INDICATEUR ULTIME ET INCONTOURNABLE DE BONNE SANTÉ.

UNE FEMME N’A PAS BESOIN D’ÊTRE MINCE POUR ÊTRE BELLE ET BIEN DANS SA PEAU.

J’AI L’AIR DONT J’AI ENVIE, PAS CELUI QUE LES AUTRES VEULENT QUE J’AIE.

Je m’habille de la façon qui me tente dans des vêtements dans lesquels je me sens confortable. J’ai un taux de cholestérol pratiquement normal. Je fais du yoga et je marche. J’essaie de bien manger.

Je suis grosse, je le sais, et c’est absolument correct.

Si mon apparence vous déplaît, regardez ailleurs.

Vous avez une question dont vous voudriez que Matante discute? Quelque chose vous chicotte et vous aimeriez avoir une opinion ouverte et respectueuse? Écrivez à Matante, votre question sera traitée anonymement sur le blogue. Peu importe le sujet, je suis curieuse et j’aime aider. RealMatanteElise@gmail.com