Le sexe anal (arrêtez de vous cacher, il y a pas de photos)

Note: Le but n’est pas ici de vous convertir aux vertus du sexe anal. Matante Elise ne vous dira jamais assez que quand il est question de sexe, vous ne faites que ce dont vous avez envie. Personne, et surtout pas moi, n’a le droit de vous pousser à faire quelque chose qui vous mets mal à l’aise. Mais pour ceux d’entre-vous qui seraient tentés d’essayer, ou pour ceux qui sont juste curieux et qui veulent savoir comment ça marche, vous trouverez ci-après quelques faits, trucs et conseils.

Ok, on passe aux choses sérieuses!

Un peu d’histoire:

La sodomie est la première forme de contraception de l’histoire. En effet, des recherches sur les pratiques sexuelles en Mésopotamie antique ont révélé que c’était une pratique répandue, autant avec des partenaires masculins que féminin. La logique, assez simple et évidente, est qu’ils se sont rendu compte qu’en passant par la porte arrière, il n’y a pas de bébé 10 lunes plus tard. (merci cours universitaire d’histoire de l’antiquité! En corrigeant le français de mon travail sur l’homosexualité en Mésopotamie, ma coloc à inscrit en marge du paragraphe sur la sodomie « ouch! », le langage scientifique, même en sciences humaines, est assez froid et clinique.)

Dans l’antiquité, ce n’était pas une pratique très scandaleuse, même si le rôle de « bottom » dans une relation anale était associé au rôle de la femme dans la relation, et donc, dans plusieurs cultures, comme était inférieur. C’est pourquoi certaines pratiques de tortures incluaient une sodomie forcée, la douleur étant grande, l’humiliation aussi.

Même après l’antiquité, aussi près de nous qu’à la Renaissance, l’amour à la grecque n’était pas un gros tabou. Les hommes nobles étaient souvent bisexuels, ils passaient l’hiver à la maison à courir les jupons, et les étés sur les champs de bataille à baiser l’aide de camps. L’homosexualité exclusive était mal vue, mais la sodomie occasionnelle? Bof… techniquement c’est illégal, mais on s’en fout tant que c’est consensuel, ou que le top est riche….

Mais soudainement, et encore aujourd’hui dans certains pays, la pratique de la sodomie, associée à l’homosexualité en tant que déviation de la nature, est devenue une pratique illégale avec une répression féroce.

Pourquoi? La fin des guerres de grands champs de bataille qui tenaient les hommes éloignés une saison ou deux tout au plus, les débuts du mariage d’amour romantique et de la monogamie obligatoire (avant, quand on était riche, on respectait sa femme et on aimait sa maîtresse), la réforme religieuse, etc. L’église, en perdant du pouvoir, a gagné en rigidité et a cessé de fermer les yeux sur des pratiques qu’elle tolérait auparavant si on payait nos indulgences.

Maintenant, l’homosexualité et la pratique de la sodomie, ne sont plus illégaux, mais le stigmate est toujours grand, héritage de toute cette répression et ce discours sur le non-naturel de mettre son pénis ailleurs que dans un vagin. Selon cette logique, la fellation est aussi contre nature? Fuck, j’aime ça tailler des pipes moi! Vous gâchez tout mon fun!

Fin de mon analyse de pseudo-historienne sociale. Passons aux choses sérieuses: Comment, techniquement, s’amuse-t-on avec son anus?

Note: Le fait que je souffre de la maladie de Crohn et que mon anus est donc régulièrement tellement irrité que je pleure sur la toilette fait que je n’ai testé aucunes des pratiques énumérées ci après. On peut dire que j’ai un billet du médecin. Mais j’ai fait des recherches et parlé avec des « pratiquants » donc, je sort pas tout ça de mon derrière, (vive les métaphores à propos…)

Il y a plusieurs pratiques sexuelles qui entrent dans la catégorie du sexe anal, comme pour tout le reste des pratiques sexuelles, la pénétration n’est pas le be all end all, ce n’est même pas la pratique la plus agréable.

Comme le sexe anal implique la manipulation d’une région peu ragoutante du corps, il y a un énorme tabou autour de toutes les pratiques entourant cette forme de relation. C’est vrai qu’un anus sale, c’est dégeu. Mais il faut qu’il soit sale. Il n’y a pas un flot continu qui sort de là (s’il y a un flot continu qui sort de votre trou de cul, allez voir un docteur, quelque chose ne va pas).

Le tour de l’anus contient beaucoup de terminaisons nerveuses, l’intérieur en est dépourvu. Il est donc rare pour une femme d’atteindre l’orgasme pendant la pénétration anale sans stimulation simultanée d’autres zones érogènes. Dans le cas des hommes, la stimulation de la prostate peut rendre l’expérience très agréable, voir orgasmique. Cela ne veux pas dire pour autant que l’expérience est ennuyante ou désagréable pour une femme, il suffit de savoir comment s’y prendre.

Les choses essentielles à savoir:

1- Le sexe anal, ça se planifie: ce n’est pas le moment d’être spontané. Personne n’aime les membres de Team Surprise Anal. Il y a un ÉNORME tabou entourant les pratiques par la porte arrière et même si votre partenaire a signifié son intérêt pour l’expérience, il faut y aller doucement et garder les lignes de communications ouvertes en tout temps. Ne mettez pas la pression sur votre partenaire: s’il ou elle ne veut pas, that’s it, on passe à autre chose. (oui, il y a beaucoup de gays qui ne sont pas des adeptes de sodomie, ce n’est pas la seule pratique sexuelle à laquelle ils peuvent s’adonner) Ça ne sert à rien d’insister, car la règle numéro un est la détente et la relaxation. Un anus récalcitrant va se serrer et rendre toute tentative de pénétration, que ce soit avec un doigt ou autre chose, franchement désagréable. L’anus n’est pas un vagin, il est élastique, mais il ne fait pas sa propre lubrification comme le vagin, c’est donc une région qu’il faut approcher avec énormément de délicatesse et en toute confiance.

2- Hygiène et protection: Quand on dit que ça se planifie, on parles aussi d’hygiène et de protection. La question de l’hygiène est assez évidente, on veut que tout soit très très très propre avant d’aller jouer dans ce coin là… Pas de tacos ou de jus de pruneau juste avant non plus. Pour ce qui est de la protection, l’anus n’étant pas naturellement lubrifié, la friction peut causer des micro-déchirures autant au niveau de l’anus que du pénis ce qui augmente le risque de transmission de MTS ou simplement d’infections. Donc condom, pas mal nécessaire et beaucoup de lubrifiant. Si on parles de stimulation digitale, des ongles courts, courts, courts, et limés et même un gant de caoutchouc sont des bonnes idées pour éviter de blesser votre partenaire. Et toujours beaucoup, beaucoup de lubrifiant. Le KY est votre meilleur ami au lit anyway. Il faut, bien entendu, éviter de passer d’un trou à l’autre sans un bon nettoyage ou un changement de condom. Juste essuyer n’est clairement pas suffisant. (sérieux, mettez un condom, ça simplifies tellement les choses).

3- Allez y doucement et progressivement, et pas seulement la première fois, à chaque fois. Je ne le répéterai jamais assez, les films et les livres vendent du rêve, oubliez Brokeback Mountain, un peu de crachat et enweille swinge direct dedans, c’est la PIRE idée que vous puissiez avoir. Si ça fait mal ou que ça saigne, VOUS VOUS Y PRENEZ MAL. Ça vaut aussi pour la pénétration vaginale, même la première fois (on reparlera de la virginité et des mythes l’entourant dans un autre billet, mais non, perdre sa virginité, c’est pas censé saigner ou faire mal). On ne commence JAMAIS par le pénis. Avec un doigt très lubrifié (il y a une panoplie de lubrifiants sur le marché, privilégiez ceux à base de silicone ou d’eau qui ne risquent pas d’endommager les condoms et/ou d’irriter le ti trou) on caresse doucement la région autour de l’anus, prenez votre temps c’est cette région qui est la plus sensible et donc le bout le plus agréable pour le « réceptionnaire » de votre jeu. Ça a aussi l’avantage d’exciter le partenaire et de l’aider à se détendre et à relaxer les muscles de son sphincter, ce qui facilitera les choses quand vous voudrez aller en-dedans. Vous n’irez pas au troisième but la première fois. Pas de pénis la première fois. Pas si vous voulez éviter que votre partenaire refuse que vous l’approchiez de nouveau pendant 60 ans. On commence par un doigt, puis au fur et à mesure que votre partenaire se sent à l’aise, vous rajouter un doigt, rendu à trois, vous pouvez essayer avec un petit godemiché et passer à la pénétration proprement dite. Tout ceci se fera sur une étendue de plusieurs sessions, et la décision du point où on arrête la session revient entièrement au bottom. Nop, c’est non négociable, non c’est pas une décision prise à deux, quand il ou elle dit stop BACK THE FUCK OFF IMMEDIATLY. Votre merveilleux rêve de vous prendre pour Derek Atlas pour la Saint-Valentin doit être planifié et fait dans le respect et la confiance.

Si vous vous fichez que votre partenaire souffre pendant la relation, vous ne méritez pas d’avoir une vie sexuelle, point à la ligne.

4- il y a aussi le rimming, c’est à dire le léchage d’anus (C’EST PAS YARK CACA S’IL SORT DE LA DOUCHE, ARRÊTEZ DE RÉAGIR COMME DES ENFANTS DE PREMIÈRE ANNÉE). C’est apparement très agréable et ça a l’avantage de ne pas faire mal. C’est aussi une bonne excuse pour sortir la bouteille de lubrifiant à saveur de fraises que votre chum de gars vous a donné en joke à noël (avertissement, la plupart des lubrifiants à saveurs donnés en joke à noël sont cheapettes et goûtent le chimique, donc essayez-le avant le rimming, parce que vous reculer en hurlant « beurk, dégeulasse! » en pleine session, c’est un peu insultant pour votre partenaire…).

Tout cela est bien beau, mais comme je l’ai dit au début de mon article, rien ne vous oblige à faire quoi que ce soit si ça ne vous tente pas, donc, amusez vous à votre rythme et ne vous sentez pas « pas game » si vous avez pas envie d’explorer la porte arrière!

Bonne soirée, moi je vais aller faire tremper mon anus dans le bain!

Vous avez une question dont vous voudriez que Matante discute? Quelque chose vous chicotte et vous aimeriez avoir une opinion ouverte et respectueuse? Écrivez à Matante, votre question sera traitée anonymement sur le blogue. Peu importe le sujet, je suis curieuse et j’aime aider. RealMatanteElise@gmail.com

Advertisements

6 réflexions sur “Le sexe anal (arrêtez de vous cacher, il y a pas de photos)

  1. Dans mon cas… C’est pas la maladie de crown… C’est autre chose qui me fait mal a toutes les fois que je vais aux toilettes type la naissance de l’enfant! Ca fait que ton article etait tres instructif mais pas de pratique pour moi haha

    Aimé par 1 personne

  2. Instructif et drôle à la fois, c’est léger comme lecture! Je vais tout de même m’abstenir de parler de certaines informations quand j’aborde le chapitre de la Mésopotamie à l’école… 😉

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s