Le Grand Visionnement 2020: Chris EvSTOP! Interlude!

Il y a pas longtemps, j’ai décidé que j’avais besoin d’écrire quelque chose de l’fun. parce que…

It’s the end of the world as we know it. And I feel fiiiiiiiiiiiine! (No I don’t)

Donc j’ai annoncé le début du Grand Visionnement Chris Evans. Le sujet Ultime. L’Amour de ma Vie avec un Gros A. J’adore cet homme. Je vais me tapper un fun fou à faire ce projet. Il a une filmographie… Éclectique. Du blockbuster au film d’Auteur, du chef d’oeuvre aux navets, il a tout fait. Comédie, drame, chick flick, action, horreur, scifi, il a TOUT fait. Ça va être génial.

Cependant, en débutant le long et minutieu travail de taper « Chris Evans » dans la barre de recherche sur IMDB.com, mon cerveau est retourné vers les deux autres Grands Visionnements que j’ai fait : Tom Hardy (le meilleur acteur de cette génération, dont @ me) et Channing Tatum (…it’s Channing Tatum, est-ce que je dois vraiment expliquer?) et, sans y aller avec tous les films qu’ils ont faits depuis la fin de leurs Visionnements, je me suis dit qu’ils avaient chacun un film récent dont j’ai envie de parler.

Alors on va regarder ensemble Logan Lucky, où je pourrai débuter mon chant d’adoration pour Daniel Craig, qui continuera dans Knives Out, le premier billet du Visionnement Chris Evans, pour couvrir le film de Channing le plus intéressant en carrière (ok Foxcatcher est ex aequo).

Mais tout dabord, regardons Tom Hardy, père extraordinaire, dans le film qu’il a accepté de faire à la demande de son fils Louis, mon film préféré de toutes les versions de la franchise Spiderman, et j’ai nommé: (hit it Marshall)

https://youtu.be/8CdcCD5V-d8

(Cette toune est un ver d’oreille extrêmement désagréable, ce qui est 400% approprié pour une histoire de parasite. Magistral!)

Donc, je suis en congé aujourd’hui. J’ai un rendez-vous à 13h, mais tout de suite après, je pars Venom sur Netflix et je commence à tapper. Gardez l’oeil ouvert dans les prochaines heures/prochains jours pour Venom: ou comment Eddie Brock a retrouvé son groove grâce à une âme soeur venue de l’Espace.

Warning, j’ai le béguin pour 99% du cast de ce film. Matante va être TRÈS hormonale dans cette review. (Jenny Slate…oh Jenny.. be still my heart).

Samedi de la Muse : Neil deGrasse Tyson et l’amour de la connaissance.

Neil deGrasse Tyson est un astrophysicien et un cosmologue américain. Tout comme Hubert Reeves, c’est aussi un vulgarisateur extrêmement efficace avec un enthousiasme pour son sujet très contagieux.

Je connaissait vaguement le personnage pour l’avoir vu dans quelques documentaires et reportages en lien avec l’astronomie, mais j’ai vraiment fait sa connaissance  en mars dernier, quand je me suis assise pour regarder la première de l’émission Cosmos, à Fox.

Et putain, je suis tombée en amour…

Pas avec Neil, même s’il est absolument adorable, mais avec le savoir qu’il communiquait. Cosmos est un reboot de la série du même nom diffusée en 1980 et animée par l’astrophysicien Carl Sagan et qui a inspiré des milliers de jeunes américains à se tourner vers une carrière en science. C’est une série documentaire sur l’état actuel des connaissances scientifiques sur l’Univers. Ne vous leurrez pas, ce n’est pas du tout une série de chiffres et de graphiques présentés sur un tableau. Il s’agit littéralement d’un voyage dans le temps et l’espace à bord du « Ship of the Imagination » où on découvre non seulement l’évolution de l’Univers du Big Bang jusqu’aux théories sur la mort de notre système solaire, mais aussi un cours d’histoire de la science incluant tous les domaines : biologie, acoustique, astronomie, chimie, physique, mathématique, génétique etc, de l’antiquité à l’époque moderne (l’historienne en moi était en pamoison devant toutes les infos sur l’état des connaissances scientifiques dans l’antiquité, putain nos ancêtres étaient des génies). Dès le départ, on nous met l’Univers en perspective avec un calendrier cosmique où la race humaine n’occupe que la dernière minute de la dernière journée de l’année cosmique ayant débuté au moment du Big Bang. Ça fait réfléchir sur notre importance à l’échelle universelle… Les effets spéciaux sont à couper le souffle et les propos, facile à suivre.

La série est présentement seulement disponible en anglais, mais une version traduite ou sous-titrée ne devrait pas tarder. Je recommande chaudement.

En dehors de la télé Neil anime Star Talk, un podcast où il discute de science et d’astronomie avec des invitées soit scientifiques ou du monde du spectacle. Encore une excellente source de savoir vulgarisé, mais il faut bien comprendre l’anglais.

Son Twitter est un bijou philosophique, scientifique et hilarant. Durant la diffusion des 13 épisodes de Cosmos à Fox, il twittait en direct en regardant l’émission et lorsqu’un épisode à été déplacé pour la diffusion d’une course de Nascar, il a passé l’heure habituelle de diffusion à twitter à propos de force centrifuge, de la composition chimique des pneus, de principe d’adhérence et de thermodynamique, c’était génial.

Il est aussi un philosophe à ses heures et ses citations font souvent le tour des générateurs de Memes :

quotes_inspirational_motivational_posters_neil_degrasse_tyson_1366x768_11521

Je ne suis pas du tout une scientifique, mais je suis curieuse de nature et Neil deGrasse Tyson est un puits de savoir enveloppé dans une épaisse couche d’humour et de simplicité.

Merci Neil!

https://twitter.com/neiltyson

https://www.facebook.com/neildegrassetyson

http://www.haydenplanetarium.org/tyson/

Vous avez une question dont vous voudriez que Matante discute? Quelque chose vous chicotte et vous aimeriez avoir une opinion ouverte et respectueuse? Écrivez à Matante, votre question sera traitée anonymement sur le blogue. Peu importe le sujet, je suis curieuse et j’aime aider. RealMatanteElise@gmail.com